Foro de Casa de l'Est
Foro de Casa de l'Est
Home | Perfil | Temas activos | Miembros | Buscar | Ayuda
 Todos los foros
 Conocimiento sobre Europa Central y Oriental
 Política y sociedad
 EL GENOCIDI ARMENI / EL GENOCIDIO ARMENIO

Nota: Debes estar registrado para poder enviar una respuesta.

Tamaño de tu pantalla:
Nombre de usuario:
Contraseña:
Modo Formato:
Formato: NegritaItálicaSubrayarTachado Alinear IzquierdaCentrarAlinear Derecha Linea Horizontal Incluir enlaceIncluir emailIncluir imagen Incluir códigoIncluir citaIncluir lista
   
Mensaje:

* HTML está DESACTIVADO
El código del foro está ACTIVADO
Emoticonos
sonrisa [:)] gran sonrisa [:D] guay [8D] sonrojado [:I]
lengua [:P] malo [):] guiño [;)] payaso [:o)]
ojo morado [B)] bola 8 [8] triste [:(] tímido [8)]
sorprendido [:0] enfadado [:(!] muerto [xx(] dormilón [|)]
besos [:X] aprobar [^] desaprobar [V] pregunta [?]

 
   

R E V I S I Ó N   D E L   T E M A       
alazaro Enviado - 31 diciembre 2006 : 16:02:51
EL GENOCIDI ARMENI
EL GENOCIDIO ARMENIO


Obrim aquest tema per tal d'anar recopilant informació, antiga i nova, sobre el genocidi dels armenis en terres de l'Imperi otomà, i també per fomentar el debat sobre aquesta qüestió que encara és motiu de controvèrsies en alguns països.

Abrimos este tema para ir recopilando información, antigua y nueva, sobre el genocidio de los armenios en tierras del Imperio otomano, y también para fomentar el debate sobre esta cuestión que todavía es motivo de controversia en algunos países.
32   U L T I M A S      R E S P U E S T A S    (La más nueva primero)
alazaro Enviado - 13 noviembre 2009 : 22:29:37
Britain accused of 'genocide denial' over Armenia
Report says UK refuses to recognise 1915 massacre


David Leigh
Guardian.co.uk
Tuesday 3 November 2009

Britain was accused of "genocide denial" today after the disclosure of Foreign Office documents revealing the government's refusal to recognise the so-called Armenian massacre of 1915, in which up to a million people died.

The documents, dating back over the last 15 years, say Anglo-Turkish relations are too important to be jeopardised by the issue because "Turkey is neuralgic and defensive about the charge of genocide".

One Foreign Office briefing for ministers conceded that the British government "is open to criticism in terms of the ethical dimension", but goes on to say: "The current line is the only feasible option" owing to "the importance of our relations (political, strategic and commercial) with Turkey". The 1999 briefing said: "Recognising the genocide would provide no practical benefit to the UK."

Britain's stance, stretching back over Labour and Tory administrations, was called a cynical "genocide denial" by Geoffrey Robertson, the QC who served as first president of the UN war crimes court for Sierra Leone. Robertson was commissioned by Armenian expatriate groups in London to review the foreign office files, obtained in heavily redacted form from freedom of information requests. He published a report today which says: "Parliament has been routinely misinformed by ministers who have recited FCO briefs without questioning their accuracy."

The allegation that the Armenian massacres during the first world war were a form of genocide, carried out by the Ottoman empire, is a bitterly contested issue that has soured relations between Turkey and Armenia. The border between the two countries was re-opened last month after being closed since 1993, thanks to an accord which includes a promise to set up a commission of historians to re-examine the affair. Turkish and Armenian parliaments still have to ratify the accord.

The Foreign Office documents include advice in 1995 to the then Tory foreign minister, Douglas Hogg, that he should refuse to attend a memorial service for the victims, and attempts to encourage the idea that historians were in disagreement over the facts. The government refused to include the Armenian massacres as part of holocaust memorial day.

Robertson's report says: "There is no doubt that in 1915 the Ottoman government ordered the deportation of up to 2 million Armenians … hundreds of thousands died en route from starvation, disease, and armed attack."

The 1948 genocide convention was drawn up with the specific case of the Armenians in mind, he says, and most scholars and European parliaments have described their fate as genocide. "But recent British governments … have resolutely refused to do so," resorting instead, he says, to the legally meaningless expression that "insufficiently unequivocal evidence" of genocide exists.

Britain is a keen supporter of Turkey's attempts to join the EU. But the Armenian question has become a touchstone for critics, who argue that Turkey should not be allowed into the EU until it admits the truth about its past. Turkey refuses to allow any of its citizens to call the Armenian massacres genocide. When Nobel prize-winning writer Orhan Pamuk did so, he was charged with "insulting Turkishness" in 2005, although the justice ministry refused to let a trial proceed, following an embarrassing international outcry.

Three scholars, Ahmet Insel, Baskin Oran and Cengiz Aktar, and a journalist, Ali Bayramoglu, published an open letter, inviting Turks to sign an online petition supporting its sentiments. It reads: "My conscience does not accept the insensitivity showed to and the denial of the Great Catastrophe that the Ottoman Armenians were subjected to in 1915. I reject this injustice and for my share, I empathise with the feelings and pain of my Armenian brothers. I apologise to them."

But while academics edge towards openness, Robertson says Britain's official policy has merely been "to evade truthful answers, because the truth would discomfort the Turkish government".

(http://www.guardian.co.uk/world/2009/nov/03/armenia-genocide-denial-britain)
alazaro Enviado - 09 noviembre 2009 : 21:28:52
BIBLIOGRAPHY * BIBLIOGRAFIA * BIBLIOGRAPHIE

Children of Armenia

NEWS.am
31/10/2009

“Children of Armenia” by Michael Bobelian has been just published by Simon & Schuster. Over 300-page long edition brings forward the yet unresolved problem of Armenian Genocide.

“Like Native Americans, European Jews and Rwandan Tutsis, Turkish Armenians seem to have been in the wrong place at the wrong time. ‘Children of Armenia,’ Michael Bobelian's first book, describes the Ottoman Empire's 1915 mass extermination of this Christian minority without getting bogged down in ‘G-word’ histrionics,” The Washington Post reads Oct. 31.

“The purpose of this book is neither to prove the existence nor affirm the veracity of the Genocide,” Bobelian writes: The Armenian holocaust is a historical fact.

“Children of Armenia” focuses on the Turkish nationalism, world war weariness, survivor psychology and Cold War squabbling that let the world forget the unforgettable. Some will flinch at Bobelian's lionization of Gourgen Yanikian, an Armenian who shot two Turks in a revenge plot hatched in the 1970s, but the author stumbles only when he strays into Armenian exceptionalism, the idea that “no other people have suffered such a warped fate — a trivialization of their suffering and a prolonged assault on the authenticity of their experience.” Bobelian should know that if every culture insists on the supremacy of its own suffering, the world will only grow more jaded about stopping current horrors. Instead, any book about Armenia — no, any exploration of any genocide — should pose questions relevant to today's ethnic cleansings. Otherwise, who will remember the Sudanese? – reads The Washington Post.

(http://news.am/en/news/7694.html)
alazaro Enviado - 30 octubre 2009 : 23:51:31
EEUU: un senador exige a Obama reconocimiento del genocidio armenio

EcoDiario
21/10/2009

El senador estadounidense Robert Menéndez presentó el miércoles un proyecto de resolución en la cámara alta para reclamarle al presidente Barack Obama que reconozca como "genocidio" las masacres armenias por el Imperio Otomano a principios del siglo XX.

"Un millón y medio de armenios conocieron el infierno en la tierra, y el hecho de ocultar su desamparo es un insulto a su memoria y a sus descendientes", dijo el senador demócrata.

Obama decepcionó a las organizaciones armenias en abril, cuando evitó emplear la palabra "genocidio" en ocasión de la jornada de conmemoración de los acontecimientos. Durante su campaña presidencial en 2008 había prometido, sin embargo, utilizar ese término.

La resolución propuesta por el senador Menéndez reclama al presidente Obama "definir el exterminio deliberado de 1.500.000 armenios como genocidio" en la declaración presidencial anual sobre los acontecimientos de Armenia.

(http://ecodiario.eleconomista.es/internacional/noticias/1634319/10/09/EEUU-un-senador-exige-a-Obama-reconocimiento-del-genocidio-armenio.html)
alazaro Enviado - 29 mayo 2009 : 11:50:43
BIBLIOGRAPHIE * BIBLIOGRAFIA * BIBLIOGRAPHY

Traumas d’Arménie
Génocide. Psy et filiation pour un travail de mémoire


Par GENEVIÈVE DELAISI DE PARSEVAL
Libération, Paris
28/05/2009

Vahram et Janine Altounian
Mémoires du génocide arménien. Héritage traumatique et travail analytique

PUF, 235 pp., 32 euros


Le génocide qu’a subi le peuple arménien entre 1908 et 1918 n’a été que récemment inscrit dans la mémoire occidentale, et encore pas partout, en particulier pas par l’Etat Turc actuel. En France, cette chape de plomb a commencé à se fissurer lorsqu’en 1981 un groupe de jeunes Arméniens, en colère devant le déni massif qui oblitérait ce massacre, décida d’occuper le consulat général de Turquie à Paris. Le mouvement de ces courageux jeunes hommes a eu une portée historique: après moult reculades le gouvernement français a fini par voter, en janvier 2002, une loi qui reconnaissait publiquement ce génocide, dont il faut savoir qu’il servit de «modèle» à Hitler qui écrivait dans une lettre datée du 22 août 1933, pour justifier le génocide du peuple juif: «Notre force réside en notre rapidité et notre brutalité […] Qui se souvient encore du massacre des Arméniens ?» (phrase citée par Janine Altounian dans un texte de 1996). C’est ainsi que la fille du survivant a décidé de prendre la parole.

Le livre actuel a cependant une portée plus large que celle, personnelle, de l’histoire de l’auteur : c’est un ouvrage à plusieurs voix qui porte sur la question de la transmission d’un héritage traumatique aux survivants et à leur descendance.Il s’articule autour d’un étonnant fac-similé du journal de déportation tenu par Vahram Altounian, jeune adolescent alors âgé de 14 ans (la calligraphie est en outre dotée d’une étonnante force expressive, les caractères formant autant de petits nœuds de tapissier), journal de bord qu’il avait sobrement intitulé: «Tout ce que j’ai enduré, des années 1915 à 1919» (sa mère, son frère et lui-même sont revenus de cet enfer, mais pas son père, mort en déportation).

Langue «amputée». Etrange destin que celui de ce journal, traduit en français il y a une trentaine d’années par Krikor Beledian (professeur à l’Inalco), puis rangé dans un tiroir. Il a fallu soixante ans avant que sa fille, Janine Altounian, grande linguiste - elle est l’une des traductrices de Freud en français - mais privée de langue et d’écriture maternelles, l’arménien, puisse accéder au texte de son père. Chez ses parents en effet, note Manuela Fraire, psychanalyste italienne, on parlait turc (la langue du bourreau), langue que la petite fille comprenait mais ne parlait pas ; quant à la langue arménienne elle avait été comme «amputée», considérée comme «indécente».

Les auteurs de ce livre, tous psychanalystes, réagissent de manière à la fois personnelle et professionnelle aux effets d’après coup qu’a pu engendrer la découverte de ce journal. Le résultat est passionnant. Dans le chapitre «Le travail de l’intersubjectivité et la polyphonie du récit dans l’élaboration de l’expérience traumatique», le psychanalyste René Kaës indique la véritable finalité de ce livre (1): «La fille de Vahram Altounian fut celle qui s’est constituée en destinatrice de ce journal : elle l’a retrouvé et rendu public; ce faisant, elle a mis en œuvre un réseau de pensées, de commentaires et de savoir qui a permis de traduire l’innommable; d’entendre dans sa propre langue ce qui fut dit et écrit dans une autre langue, à la fois étrangère familiale, mais non familière. Cet écart aussi fait appel de sens.» Il s’agit d’une notion qu’en psychanalyse Alain de Mijolla nomme «l’intergénérationnel». René Kaës, Haydée Faimberg et d’autres préfèrent «transgénérationnel», terme qui désigne le processus de mise en relation d’un sujet avec une expérience qu’il n’a pas personnellement vécue. C’est en ce sens, dit encore Manuela Fraire, que Janine Altounian s’est aperçue que «quelque chose» en elle réclamait droit à la parole, «quelque chose qui n’était pas proprement un souvenir, mais une trace laissée derrière elle par le passage d’un traumatisme».

Traces. J. B. Pontalis avait, lui, souligné qu’il existe une différence entre souvenir et trace: «Les traces s’inscrivent, le souvenir donne une forme […] Ce qui demeure n’est pas le souvenir, mais les traces.» (Ce Temps qui ne passe pas, Gallimard). Dans la Mémoire, l’histoire, l’oubli (Seuil), Paul Ricoeur avait exprimé une idée proche en écrivant ces lignes qui résonnent dans l’actuel débat sur les origines : «Le passé, qui n’est plus mais qui a été, réclame le dire du récit du fond même de sa propre absence.»

(1) Kaës, dont un livre important, les Alliances inconscientes, vient de sortir chez Dunod.

(http://www.liberation.fr/livres/0101569927-traumas-d-armenie)
alazaro Enviado - 11 marzo 2009 : 23:59:51
Armenian Genocide resolution to be introduced shortly
U.S. affirmation of Genocide will take time, backers say.
Armenian-Americans urged to call elected representatives


by Emil Sanamyan
Armenian Reporter, Yerevan
Friday March 06, 2009

Washington. - Speaking at an Armenian community event in Fresno, Calif., on March 1, Rep. Adam Schiff (D.-Calif.) said the introduction of a resolution affirming the U.S. record on the Armenian Genocide was imminent, the Fresno Bee reported the same day. One of the resolution's main co-sponsors, Mr. Schiff said he also expected “an onslaught” by the Turkish government opposing the measure. American-Armenian advocacy groups, meanwhile, have stepped up grassroots efforts to reach out to members of Congress and urge them to co-sponsor the resolution before it is introduced.

Members of Congress warned Armenian-Americans, however, not to take the success of the resolution or presidential affirmation for granted.

Rep. Brad Sherman (D.-Calif.) told the Armenian Reporter that he was "not particularly hopeful" that President Barack Obama's message to the Armenian-American community on April 24 this year "will contain the word genocide." Mr. Sherman was one of the lead sponsors of the Genocide resolution in the previous Congress.

Mr. Sherman added that when it comes to affirmation of the Genocide, he expected "no success in the next 60 days," pointing to Turkey's importance to the Obama administration's Middle East priorities. Mr. Sherman spoke to the Reporter after addressing an Armenian Assembly of America advocacy conference in Washington.

Another congressional supporter of affirmation, Rep. Jim McGovern (D.-Mass.), struck a similar note.

On the subject of the Obama administration's approach to the Armenian Genocide, "a lot still remains unclear," he told about 100 community activists at the conference.

Mr. McGovern made the comment after speaking with Secretary of State Hillary Rodham Clinton prior to her departure on a tour of Europe and Turkey this week. He added that while he did not know whether the administration would "soft-pedal" on pre-election pledges, he "shared the apprehension" that it might do so.

During last year's presidential campaign, both Mr. Obama and Mrs. Clinton pledged to affirm the Armenian Genocide as president.

"We believe that Barack Obama remains a man of his word, and that this April our president, with the energetic support of our friends in Congress, will finally override Turkey's veto on U.S. recognition of the Armenian Genocide," a source in Armenian advocacy circles said.

Emphasizing Turkey's importance to the United States, President Obama called Turkey's president and prime minister on February 16 to discuss U.S. priorities for the Middle East. (The State Department's senior Middle East envoy George Mitchell visited Ankara last week.)

While the White House readout of the conversation made no mention of Armenian concerns, Turkish officials claimed that Turkey's opposition to U.S. affirmation of the Armenian Genocide was one of the main issues raised by Turkish leaders.

In a February 27 briefing, prior to Mrs. Clinton's visit to Ankara this week, outgoing Assistant Secretary of State for Eurasia Dan Fried emphasized the "very rich agenda" shared by the United States and Turkey. Mr. Fried said that in addition to Middle East priorities, Mrs. Clinton's talks would include a discussion of the efforts to "advance peace between Azerbaijan and Armenia's settlement over Nagorno-Karabakh."

In a comment about the latter subject, Mr. Sherman described Karabakh as an "Armenian territory," where any settlement should "make sure that people of Artsakh are self-governing and safe." While Mr. Sherman reiterated his support for U.S. recognition of the Nagorno-Karabakh Republic, he also acknowledged there was significant opposition to such a move.

Both Mr. Sherman and Mr. McGovern spoke at the Armenian Assembly's 2009 National Advocacy Conference that focused on efforts to win U.S. government affirmation of the Armenian Genocide as well as recent academic research on the subject of the genocide.

Mr. Sherman is a senior member of the House Foreign Affairs Committee. He has been a longtime and prominent supporter of Armenian-American concerns. Mr. McGovern is a member of the House Rules Committee and also a strong advocate of Armenian Genocide affirmation.

Other scheduled conference speakers included Sen. John Ensign (R.-Nev.), Reps. Thaddeus McCotter (R.-Mich.), Gus Bilirakis (R.-Fla.), Reps. Zack Space (D.-Ohio) and Paul Ryan (R.-Wis.); Major General Tod Bunting of the Kansas National Guard; Armenian Genocide scholar Hilmar Kaiser; as well as Armenia's Diaspora Minister Hranush Hakobyan and Director of the Armenian Genocide Museum-Institute Hayk Demoyan.

(http://www.reporter.am/go/article/2009-03-06-armenian-genocide-resolution-to-be-introduced-shortly)
alazaro Enviado - 20 diciembre 2008 : 19:15:36
Des milliers de Turcs demandent "pardon" aux Arméniens

Guillaume Perrier - ISTANBUL CORRESPONDANCE
LE MONDE, Paris
20.12.2008

En quatre jours, plus de 13.000 Turcs ont signé la pétition lancée, lundi 15 décembre, sur Internet. "Ma conscience ne peut pas accepter que l'on reste indifférent et que l'on nie la 'grande catastrophe' subie par les Arméniens ottomans en 1915, dit le texte d'introduction. Je rejette cette injustice et, pour ma part, je partage les sentiments et les peines de mes frères et soeurs arméniens. Je leur demande pardon."

Ces excuses adressées aux victimes du génocide de 1915 ont été formulées par quatre intellectuels issus de la gauche turque: l'économiste Ahmet Insel, le professeur de sciences politiques Baskin Oran, le spécialiste des questions européennes, Cengiz Aktar, et le chroniqueur, Ali Bayramoglu. Le mot génocide n'apparaît pas, l'expression "grande catastrophe", utilisée par les Arméniens, lui a été préféré.

Mais cette initiative inédite de la société civile est un pas supplémentaire dans le rapprochement entre Turcs et Arméniens, opéré ces derniers mois, notamment depuis la visite à Erevan du président de la République, Abdullah Gül, en septembre. "Cela montre qu'il y a au moins 13.000 personnes qui ne croient pas dans la propagande officielle, constate Cengiz Aktar. Mais il faut y aller doucement. Sur ces terres où ont été commis des massacres, la mémoire a été gommée et remplacée par le négationnisme."

Sans surprise, les réactions haineuses ont fusé de toutes parts à l'annonce de cette campagne. "Une blague", selon Ertugrul Özkök, le rédacteur en chef du quotidien nationaliste Hürriyet, voire "un acte de trahison", pour la députée du Parti républicain du peuple (CHP, kémaliste), Canan Aritman. Une soixantaine de diplomates à la retraite ont estimé, eux, qu'il s'agissait d'une initiative "inacceptable, fausse et défavorable aux intérêts de la nation. Une telle tentative, incorrecte et partiale est irrespectueuse pour notre histoire et revient à trahir notre peuple", ont-ils écrit. Pour le député du Parti de l'action nationaliste (MHP), Deniz Bölükbasi, "si quelqu'un doit s'excuser, ce sont les intellectuels et les Arméniens. Ils devraient s'excuser pour les atrocités dont ont souffert des milliers d'Anatoliens".

Le premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, n'a pas été le moins virulent. "Je ne l'accepte pas, je ne la soutiens pas. Nous n'avons commis aucun crime, donc nous n'avons pas besoin de nous excuser", a-t-il riposté, mercredi. Certains intellectuels, tels Nuray Mert ou Murat Belge, critiquent eux aussi cette logique de repentance.

Plus mesuré, le président Abdullah Gül, loin de condamner la pétition, a estimé que chacun était libre de donner son opinion. Même tonalité au ministère des affaires étrangères: "Nous n'avons pas à réagir contre cela", répond un porte-parole, mettant en évidence des divergences au sein du gouvernement.

Les intellectuels à l'origine de ces excuses publiques reçoivent, eux, depuis quelques jours, des tombereaux d'insultes et de menaces de mort. Pas de quoi les décourager pour autant. "C'est une ligne de crête en Turquie, souligne Cengiz Aktar. Ce qui est nouveau, c'est que ce qui n'était qu'un débat d'intellectuels devient les prémices d'un débat public."

Baskin Oran souligne, lui, la nécessité pour la fière Turquie de se doter d'une "culture du pardon". Un mot encore difficile à entendre. "C'est une chose qui n'existe pas chez nous, admet Uraz, un étudiant qui envisage de signer la pétition. Mais on vit sous ce régime qui n'accepte pas la réalité historique et si cela ne change pas, c'est un peu de notre faute."

(http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/12/19/des-milliers-de-turcs-demandent-pardon-aux-armeniens_1133112_3214.html)
alazaro Enviado - 09 junio 2008 : 17:56:58
Génocide arménien: témoignage américain

COLLECTIF VAN
06-06-2008

Info Collectif VAN (www.collectifvan.org) - The Times-Reporter a mis en ligne le 1er juin 2008, un article rapportant le témoignage de l’Américaine Blanche Knox, originaire de Uhrichsville, qui, en 1919, travaillait comme infirmière pour le «Committee for the Relief of the Near East» en Arménie. Si le témoignage est bouleversant, l’article de l’éditorialiste du The Times-Reporter Jon Baker est malheureusement truffé d’approximations ou d’omissions fâcheuses.

Tout d’abord, le titre mentionnant la «tragédie arménienne», nous fait irrémédiablement penser aux efforts de la Turquie pour faire «homologuer» ce terme en lieu et place du mot génocide. Lorsque Jon Baker affirme que «ce peuple [arménien] est profondément démuni par des années de guerre et de chaos, dus à l’effondrement de l’Empire Russe», il semble oublier un «détail» important: l’Arménie - qui avait proclamé son indépendance contrainte et forcée le 18 mai 1918 - accueillait dans des conditions épouvantables, des centaines de milliers de réfugiés, rescapés du génocide perpétré en 1915 par le gouvernement Jeune-Turc qui avait planifié l’extermination des populations arméniennes de l’Empire ottoman.

Jon Baker reprend ensuite le récit en suivant Blanche Knox du côté turc de la frontière, à Igdir très précisément. Et, comme par magie, on remarquera qu’il n’y a pas de Turcs dans les extraits choisis. Les méchants sont Kurdes ou Arméniens. Bizarre, non? Cela n’est pas sans rappeler le livre de Baskin Oran «MK - Récit d’un déporté arménien» dans lequel l’Arménien MK ne rencontre aucun Turc durant sa déportation et où les méchants sont également Kurdes, Arabes, Tcherkesses, Tatares, Arméniens…

Trouvez la traduction française de l'article de Baker à http://collectifvan.org/article.php?r=0&id=18674
Podeu llegir la traducció francesa de l'article de Baker a http://collectifvan.org/article.php?r=0&id=18674
Podéis leer la traducción francesa del artículo de Baker en http://collectifvan.org/article.php?r=0&id=18674
alazaro Enviado - 22 mayo 2008 : 13:10:09
IMPRESCRIPTIBLE
Base documentaire sur le génocide arménien


http://www.imprescriptible.fr/

Font interessantissima per a documentar-se sobre el genocidi armeni.

Fuente interesantísima para documentarse sobre el genocidio armenio.
alazaro Enviado - 03 mayo 2008 : 00:28:48
SOFIA reconnaît le génocide arménien

AZG - Traduction Gérard Merdjanian
FÉDÉRATION EURO-ARMÉNIENNE POUR LA JUSTICE ET LA DÉMOCRATIE
Bruxelles, le 29 avril 2008

Le conseil municipal de la capitale de la Bulgarie a reconnu la réalité du génocide arménien. Sofia est devenue la 5ème ville bulgare après Burgas, Plovdiv, Stara Zagora et Ruse à reconnaître le génocide arménien.

Le mois dernier le conseil municipal de Sofia avait été reporté l’adoption du texte.

Selon la presse turque, les débats sur le projet de résolution du génocide arménien ont été entravés par les efforts du gouvernement bulgare durant la visite officielle du Premier ministre turc Regep Tayip Erdogan en Bulgarie.

Selon le gouvernement bulgare, l’adoption de cette résolution nuira aux relations turco-bulgares.

(http://eafjd.eu/spip.php?breve1297&lang=fr)
alazaro Enviado - 02 mayo 2008 : 23:35:07
GENOCIDE ARMENIEN
L’Allemagne et le génocide arménien


par Toros Sarian (Massis Weekly, 26.04.2008)
(traduction Georges Festa)
© www.yevrobatsi.org pour la traduction française

Le rôle de l’Allemagne dans le génocide arménien a été longtemps obscur et enveloppé d’incertitudes. Désormais, il n’y a plus aucun doute que sans le soutien de l’Allemagne le gouvernement nationaliste turc n’aurait pu mener à bien son plan d’élimination de tous les Arméniens vivant dans l’empire ottoman. Les relations très étroites entre l’empire allemand et l’empire ottoman se développèrent dès le milieu du 19e siècle. Grâce à une aide militaire conséquente, l’Allemagne tenta de gagner une influence au sein de l’empire ottoman. Le projet ferroviaire du Bagdad devait jouer plus tard un rôle stratégique important. L’Allemagne rivalisait chaque jour davantage dans cette région avec la France, l’Angleterre et la Russie, et le gouvernement turc réalisa que seule une grande puissance européenne n’avait pas d’intérêt à démembrer l’empire ottoman : à savoir l’Allemagne. L’entrée en guerre de l’empire ottoman aux côtés de l’Allemagne ouvrit la voie à la mise en œuvre d’une politique qui se traduisit par la catastrophe qui débuta au début de 1915. Tous les Arméniens se souvenaient fort bien du soutien que l’Allemagne avait apporté au haineux Abd ul-Hamid II. Et au sein des milieux arméniens la crainte existait que l’Allemagne ne tolère à nouveau une politique anti-arménienne de la part du gouvernement turc.

Lisez l'article complet à http://www.yevrobatsi.org/st/item.php?r=1&&id=4676
Llegiu l'article complet a http://www.yevrobatsi.org/st/item.php?r=1&&id=4676
Leed el artículo completo en http://www.yevrobatsi.org/st/item.php?r=1&&id=4676
alazaro Enviado - 02 mayo 2008 : 15:36:32
Confronting Genocide! The Armenian Genocide: 24 April 1915

Written by Harry Hagopian
NEWROPEANS
Thursday, 24 April 2008

Dorcy Rugamba is a Rwandan from Kigali, and most of his family were slain by the Hutu militia during the Rwandan genocide of 1994. Co-author of the six-hour play Rwanda 94 that wove together survivor testimonies with music, comedy and fictional reconstructions, Rugamba who is now settled in Brussels always knew he had to wrestle with the psychological legacy of a genocide that not only killed his family but was perpetrated by an enemy that came from within the country itself.

His latest production with the Rwandan theatre company Urwintore is The Investigation, a revival of Peter Weiss’s searing 1965 German docudrama. It describes how ordinary people got caught up in the Nazi regime, and how many of them who were initially following orders later used their own personal cruelty to kill or maim their perceived enemies. Their collective and individual attitudes gave rise and credence to the chilling phrase ‘the banality of evil’ that was coined in 1963 by the German political theorist Hannah Arendt in her book Eichmann in Jerusalem: A Report on the Banality of Evil.

The banality of evil: in the same manner as Rugamba describes it in terms of his own experience, I believe that the acts of murder, extermination deportation, torture and terror perpetrated against Armenians in Turkey by Ottoman Turks and their proxies under the cover of WWI were both a result of orders given by the troika of the Young Turks’ leaders to eliminate Armenians as they were the momentum of brutality gained by blood-thirsty mobs who might well have been following orders but then exceeded them when their own primitive and homicidal instincts overtook their orders. I need only recall the infamy perpetrated by Djevdet Bey, the Vali of Van, who was known as the ‘horseshoer of Bashkale’ for nailing horseshoes to the feet of his Armenian victims. The overall result is what history has proven already, namely an Armenian population that lost well over one million of its men, women and children, and a race that was subjected to deliberate - providentially unsuccessful - waves of elimination that are tantamount in law as much as in practice to sheer genocide.

Read the complete article in http://www.newropeans-magazine.org/content/view/7944/86/
Llegiu l'article complet a http://www.newropeans-magazine.org/content/view/7944/86/
Leed el artículo completo en http://www.newropeans-magazine.org/content/view/7944/86/
alazaro Enviado - 02 mayo 2008 : 14:30:52
L'Arménie commémore le 93e anniversaire du génocide

ROMANDIE NEWS / ats
24 avril 2008

Des milliers d'Arméniens ont commémoré le 93e anniversaire du génocide arménien de 1915. Les autorités d'Erevan ont dénoncé l'attitude de la Turquie qui continue de parler de "massacres".

"Le déni n'a pas d'avenir, notamment aujourd'hui quand de nombreux pays dans le monde ont ajouté leur voix à celle de la liberté", a déclaré le nouveau président arménien Serge Sarkissian. "L'Arménie doit redoubler d'efforts pour restaurer la justice historique", a-t-il ajouté.

L'Arménie et la Turquie n'ont aucune relation diplomatique en raison de ce différend. Cette question complique également les négociations de la Turquie pour son entrée au sein de l'Union européenne (UE).

Selon les historiens, les événements de 1915-17 ont fait plus de 1,5 million de morts. La Turquie conteste et parle de 250.000 à 500.000 victimes. En août 1985, la sous-commission des droits de l'homme de l'ONU a reconnu le génocide arménien. Plus d'une vingtaine de pays ont également franchi le pas.

En Suisse, le Conseil national a reconnu le génocide, à l'instar du Grand Conseil vaudois et du Conseil d'Etat genevois. Le Conseil fédéral a adopté pour sa part la formule de "tragiques déportations et de massacres". La reconnaissance du génocide par le Conseil national a provoqué des tensions entre Berne et Ankara.

(http://www.romandie.com/infos/ats/display2.asp?page=20080424195546501721948107000_brf048.xml)
alazaro Enviado - 19 abril 2008 : 16:53:06
La communauté juive d’Arménie a envoyé une lettre à la Knesset
l’exhortant à reconnaître le génocide arménien


par Stéphane/armenews
NOUVELLES D'ARMÉNIE
lundi 14 avril 2008

La communauté Juive d’Arménie a publié une lettre à la Knesset suite aux discussions la semaine dernière ayant trait au génocide des Arméniens.

«La Discussion sur la question du Génocide arménien à la Knesset est un geste important dans un pays dont les citoyens ont réchappé à l’Holocauste et souffrent toujours de la terreur» dit la déclaration.

«Israël a démontré au monde entier le coût élevé d’une vie humaine, l’importance de la vie de chaque Juif. (...) Chaque nation honore son passé. Les arméniens pleurent depuis 93 ans pour les innocents assassinés dans l’Empire Ottoman».

«Exprimer ses condoléances est dans la nature des nobles gens. (...) La reconnaissance du Génocide arménien, le crime le plus atroce du 20ème siècle, sera une manifestation d’une société civilisée et d’une unité de sens. C’est notre dette d’honneur aux morts. C’est votre responsabilité pour la génération suivante et vos électeurs».

«Notre avenir est dans vos mains. En démontrant la solidarité, la force, la sagesse dans la condamnation unanime du Génocide arménien, vous serez anoblis par vos héritiers. (...) Nous vous invitons à être raisonnables et à adopter une résolution reconnaissant le Génocide arménien».

(http://www.armenews.com/article.php3?id_article=40264)
alazaro Enviado - 03 abril 2008 : 16:40:38
Génocide des Arméniens: Environ 12000 arméniens ont déposé un dossier à la société Axa

par Stéphane/armenews
NOUVELLES D'ARMÉNIE
samedi 29 mars 2008

Environ 12000 arméniens à travers le monde ont déposé un dossier auprès de la société d’assurance Axa pour obtenir des compensations d’assurances-vie jamais versés détenus par des victimes du génocide des Arméniens.

C’est Barsegh Gartalian directeur exécutif d’un cabinet d’avocat établi à Los Angeles qui est en charge de vérifier et d’analyser les demandes. Il a précisé que la plus grande partie des demandes proviennent d’arméniens des Etats-Unis, d’Arménie et de France. Il a ajouté que cela prendra de 6 à 12 mois avant que processus de paiement des compensations ne commencent.

AXA a consenti à payer à 17,5 millions de $ aux descendants des bénéficiaires d’assurance-vie.

(http://www.armenews.com/article.php3?id_article=39787)
alazaro Enviado - 21 marzo 2008 : 23:52:29
Inga Nalbandian: Dans la Nuit - Scènes de l’Arménie malheureuse

Inga Nalbadian
Dans la Nuit. Scènes de l'Arménie malheureuse

Traduit du Danois par Marguerite Hollantz-Bretagne
Paris, Imprimerie M. Flinikowski, MCMXVIII (1918), 156 pp.


Podeu llegir íntegrament, en línia, aquest llibre sobre el genocidi armeni.

Podéis leer íntegramente, en línea, este libro sobre el genocidio armenio.

http://www.armenews.com/IMG/Inga_Nalbandian_Dans_la_nuit_1918.pdf
alazaro Enviado - 06 marzo 2008 : 22:22:05
Bulgarie : Le Conseil municipal de Bourgas reconnaît le génocide arménien

Radiolour / Radio Publique d’Arménie
Traduction GM
Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie
Bruxelles, 29 février 2008

Alors que la Turquie s’enfonce dans son déni, il y a en d’autres pour qui c’est une vérité historique, et ce à peine à 80 km de l’Etat négationniste.

Le 28 février, le Conseil municipal de Bourgas (Bulgarie) a adopté une décision reconnaissant le génocide arménien par une écrasante majorité de 43 voix pour et 2 contre.

Les principales dispositions de la décision incluent la reconnaissance du génocide arménien de 1915, la commémoration du 24 Avril comme date anniversaire des victimes du génocide arménien, et la demande à l’Assemblée nationale de la Bulgarie de reconnaître le génocide.

(http://eafjd.eu/spip.php?breve1217&lang=fr)
alazaro Enviado - 12 febrero 2008 : 01:20:55
GENOCIDE ARMENIEN
Entretien avec Taner Akçam: «L’objectif était de se débarrasser des Arméniens»


Par Efnan Atmaca (traduction Georges Festa)
Yevrobatsi
10-02-2008

[Taner Akçam, auteur de Ermeni Meselesi Hallolunmustur [La Question arménienne est réglée], déclare: «L’on peut tout à fait affirmer, à la lumière de ces documents, que prétendre que ce qui fut vécu en 1915 ne répond pas à la définition du génocide, n’est désormais plus crédible».]

Cela fait exactement un an que Hrant Dink a été assassiné. Samedi dernier, à l’occasion de ce premier anniversaire, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées à nouveau «Pour Hrant! Pour la Justice!». Taner Akçam, dont le livre Ermeni Meselesi Hallolunmustur ['La Question arménienne est réglée'], qui vient de paraître, ouvre le débat sur ce qui s’est passé en 1915 avec de nouveaux documents, et qui dédie son ouvrage à «mon frère Hrant, qui représentera à jamais la noblesse et le courage d’avoir une conscience… Cher Hrant, tout est ainsi que nous en avons parlé…», consacre le souvenir de son ami, tout en livrant un point de vue nouveau sur cette affaire. En établissant, l’une après l’autre, des connexions parmi de nouvelles archives qu’il a pu obtenir, Akçam apporte des perspectives nouvelles sur la politique qui fut mise en œuvre contre les Arméniens en 1915. Dans son livre, sous-titré La politique anti-Arménienne durant les années de guerre, d’après les archives ottomanes, qui révèle chacun des nombreux télégrammes envoyés par Talaat Pacha, Akçam établit que les déportations de 1915 furent l’étape ultime de la politique de turcification de cette période. S’appuyant sur des sources de premier ordre, il explique en particulier comment ce projet fut développé bien à l’avance par Talaat Pacha en personne et mis en œuvre grâce aux efforts du Teskilat-I Mahsusa (Organisation Spéciale). L’un des documents les plus cruciaux du livre, et qui lui donne son titre, est un télégramme émanant de Talaat Pacha: «La question arménienne est réglée. Il n’est pas nécessaire d’entacher la nation et le gouvernement par d’autres atrocités».

Efnan Atmaca: Les événements de 1915 sont très controversés. Les parties opposées dans cette polémique ne cessent d’affirmer qu’elles possèdent d’importants documents, qu’elles publieront ensuite, et argumentent sur l’utilité ou non d’ouvrir les archives ottomanes… En outre, d’autres déclarent que pour écrire l’histoire, on ne devrait pas créer une «religion du document» et que le processus ne devrait pas être réduit à une guerre d’archives. Or votre ouvrage se fonde entièrement sur les archives… Que peuvent nous révéler des archives et comment?

Taner Akçam: Si vous êtes d’esprit ouvert et honnête, les archives historiques peuvent aisément livrer un cadre général sur la manière dont ces événements se sont produits. Mais vous devez distinguer ici deux points distincts. Tout d’abord, la question principale est le contexte, le modèle que vous créez lorsque vous réunissez ces documents. Deuxièmement, se pose la question de savoir quel nombre d’archives que vous présentez reflètent véritablement la réalité. Si quelqu’un est en possession d’une compréhension de l’histoire de type nationaliste et raciste, l’histoire qui sera écrite en sera le reflet, et en opérant une sélection dans le choix des archives, il tentera de prouver cette posture. En outre, les archives que vous trouvez et que vous utilisez sont le produit des croyances idéologiques et politiques propres à la période durant laquelle elles furent conçues. Voilà pourquoi la question «Qu’est-ce que la vérité?» est sujette à tant d’arguments importants dans la recherche historique. Mais une chose est certaine. Ce que l’on appelle «la vérité» n’est pas une chose, n’est pas un trésor enterré quelque part dans la terre et que nous devons exhumer. Par exemple, si dans cent ans vous faisiez des recherches sur l’attaque à la bombe des Umut Kitabevi (les éditions Umut) à Semdinli en 2005, vous trouveriez plein de documents affirmant que cette maison d’édition fut attaquée à la bombe par le PKK. [Note du traducteur: Cette librairie fut attaquée à la bombe par des officiers de l’armée, mais les forces chargées d’appliquer la loi produisirent des documents pour prétendre que c’était le PKK qui avait attaqué la librairie.]

Tout en ayant cela à l’esprit, il faut néanmoins partir des archives historiques. Vous n’avez pas d’autre choix. L’important est de garder un œil critique quand vous examinez un document en particulier ou un corpus de documents. Premièrement, si vous voulez défendre votre argumentation, il vous faut présenter un ensemble de documents à la fois global et très étendu. Deuxièmement, il doit y avoir continuellement une relation «d’équilibre et de contrôle» entre les archives que vous présentez et l’argumentation que vous tentez d’établir. C’est précisément ce qui fait de l’histoire une science sociale. L’utilisation de matériaux sources en profondeur et variés et une honnêteté entière sont les deux éléments cruciaux de l’étude historique.

Efnan Atmaca: Quelle importance ont les archives dans ce livre?

Taner Akçam: Ce sont les archives d’un gouvernement et d’un parti qui ont réussi à déporter et tuer les Arméniens en 1915. Elles consistent pour l’essentiel dans des télégrammes codés qui furent envoyés par le ministère de l’Intérieur aux services régionaux. Quand vous considérez la difficulté de communiquer à cette époque au moyen des services postaux et autres, l’importance de ces documents est encore moins douteuse. Afin de maintenir un haut volume de communications rapides avec les régions, le gouvernement [de cette époque] avait mis en place un bureau spécial, grâce auquel il parvenait à envoyer des ordres brefs et clairs aux services régionaux. Voilà pourquoi ces archives livrent une source essentielle d’informations sur un parti et un Etat qui ont planifié une déportation et des massacres.

Efnan Atmaca: Peut-on dire, au vu des documents que met en lumière l’ouvrage, qu’il n’y a désormais plus aucun doute que ce qui arriva fut un génocide?

Taner Akçam: Oui. Nous pouvons sereinement affirmer, à la lumière de ces documents, que la thèse selon laquelle ce qui fut vécu en 1915 ne répond pas à la définition du génocide de 1948 n’est désormais plus crédible et peut être écartée. Les autorités du gouvernement turc, qui considèrent les archives ottomanes comme une source fiable, verront que les archives de notre gouvernement montrent aussi que le parti Union et Progrès suivit une politique qui s’efforça d’anéantir les Arméniens. Aujourd’hui encore, beaucoup de gens ne croient pas que les Juifs furent anéantis par les Nazis. J’ajouterai ceci: en Turquie, particulièrement parmi ceux qui défendent la position officielle de l’Etat et qui prétendent être historiens, vous entendrez des commentaires d’une profonde ignorance, du genre: «Où est le document qui montre le génocide ? Prouvez-le!». Or le génocide ne comporte pas [n’est pas prouvé au moyen d’] un document isolé. La Shoah ne consistait pas en un seul document ici et là. Ce que l’histoire et les sciences sociales font, ou devraient faire, c’est illustrer la chaîne des événements au moyen d’une accumulation de connaissances à partir d’un ensemble de documents qui ont pu être produits, aussi détaillés que possible. S’agissant des documents que je publie maintenant, la manière de qualifier les événements qui sont décrits constitue une conclusion que vous faites en vous basant sur la documentation. Autrement dit, le génocide est identifié par une représentation donnée qui est révélée. Vous donnez ce nom à cette représentation, car la représentation que vous faites devait être produite au moyen de centaines d’éléments ténus d’information. Comme je l’écris dans mon livre, en essayant de comprendre et de décrire ce qui est arrivé en 1915, je n’avais pas spécialement l’intention de « prouver » le génocide. Je trouve cette sorte d’approche défectueuse et erronée, plus propre à un procureur ou à un juge. Néanmoins, après la publication de ces documents, je suis certain que ceux qui prétendent que ce qui arriva en 1915 ne peut être appelé un génocide, n’ont plus grand chose à dire.

Efnan Atmaca: Pratiquement tous les documents que vous avez obtenus révèlent que l’action, selon vos propres termes «de purifier l’Anatolie des Arméniens», fut conduite sous les ordres personnels de Talaat Pacha à travers l’appareil du parti, et non le gouvernement de l’Etat. Cela inaugurerait-il une nouvelle période pour le problème arménien?

Taner Akçam: Absolument. Cela ouvre une nouvelle période. Vous devez vous souvenir que ces télégrammes furent envoyés aux services régionaux par Talaat Pacha sous l’égide du ministère de l’Intérieur. Certains de ces télégrammes portent sa signature, d’autres non. Ces derniers étaient signés par le directeur du bureau. Ce sont des archives d’Etat, non du parti. Néanmoins, quand on aborde 1915, j’estime et je défends l’idée qu’il est extrêmement important d’établir une distinction entre l’Etat et le parti. Pour autant que l’Etat tomba sous la coupe du parti [Union et Progrès], ce même parti, qui défendit une dictature, rendit impuissantes de nombreuses fonctions gouvernementales. Chaque action que prenait le parti était prise au moyen des circuits gouvernementaux. Cependant, à l’intérieur des organes gouvernementaux, il y eut des poches de résistance contre ce que le parti faisait. Si vous opérez une distinction entre Etat et parti, vous commencez à voir et à comprendre qu’il y eut un très grand nombre d’honnêtes fonctionnaires durant cette période, qui résistèrent et s’opposèrent aux massacres commis par le parti Union et Progrès. En fait, certains de ces documents sont le résultat des efforts de certains fonctionnaires honnêtes pour que ces événements soient archivés dans les documents officiels.

Efnan Atmaca: Quel type de résultats, à la fois négatifs et positifs, peut-on attendre si la Turquie reconnaît le génocide arménien?

Taner Akçam: Il n’existe pas un Etat que je connaisse ou qui reconnaisse avoir été lésé pour avoir reconnu ses erreurs passées. Pourriez-vous citer un pays qui ait été assailli de problèmes pour avoir fait face à son histoire? Aucun! C’est presque le contraire. Les régimes qui ont tenté de dissimuler l’histoire, qui ont nié les cruautés et les injustices survenues dans leur passé, ont fini par rencontrer de graves problèmes et furent même détruits. La Turquie ne pourra mûrir et mériter l’estime que lorsqu’elle aura reconnu cette injustice historique. Une Turquie parvenant à faire face aux injustices historiques de son passé sera bien plus aisément en mesure d’avoir le rôle qu’elle mérite au sein des nations du monde. Accepter les injustices du passé n’aura donc pas d’effet négatif, cela produira le contraire.

J’aimerais ajouter qu’il n’y a pas qu’une seule façon de faire face à l’histoire et reconnaître une injustice. J’aimerais souligner ici qu’il existe une différence entre la recherche et la politique. En tant que chercheur en sciences sociales, vous pouvez ne pas être très convaincant si, à la lumière de tous les documents et informations disponibles, vous utilisez un terme autre que « génocide » pour identifier les événements de 1915, mais un gouvernement a de nombreuses alternatives à sa disposition, lorsqu’il se confronte à l’histoire et reconnaît des injustices historiques. En tout premier lieu, il s’agirait d’arrêter de qualifier de «traîtres» ceux qui en débattent, de mettre fin à leurs meurtres et à aux poursuites pénales qu’on leur intente. La liberté de pensée et la démocratie sont des conditions préalables pour reconnaître sa propre histoire. Deuxièmement, il vous faut développer un langage qui décrive ce qui s’est passé comme moralement inacceptable. Un langage qui dénonce et condamne les massacres est absolument essentiel. Après cela, en conformité avec ce langage nouveau, vous devez prendre des dispositions qui apaisent cette injustice, qui fasse en sorte de la réparer. Là il y a des dizaines, sinon des centaines, de manières d’y parvenir. Nos politiciens doivent voir qu’il ne s’agit pas en la matière de se focaliser sur un mot en particulier. Ils doivent aborder le problème à partir d’un ensemble riche et large de possibilités.

Efnan Atmaca: Si l’on se place du point de vue de la diaspora… à la lumière de ces nouveaux documents retrouvés, quel type de dispositions devraient-ils prendre?

Taner Akçam: Il y a une grande incompréhension en Turquie. Et malheureusement, l’Etat comme les politiciens, de même que certains intellectuels progressistes et démocrates, diffusent cette incompréhension et cette désinformation. Selon eux, la diaspora arménienne consiste en un bloc uniforme et monolithique et il existe des différences importantes entre la diaspora et l’Etat d’Arménie. Selon les croyances de ceux qui défendent cette position, le véritable problème concerne la diaspora ; les Arméniens d’Arménie ont une position différente en la matière. C’est tout simplement faux. Il n’y a pas une diaspora unique, homogène et monolithique, de même qu’il n’y a pas de divergences importantes entre la diaspora et l’Arménie à ce sujet. Les Arméniens de la diaspora sont d’opinions aussi diverses que la Turquie est elle-même divisée en milliers de points de vue… Parmi eux existent des dizaines d’opinions et de positions différentes. Je pense que mon livre en turc non seulement touchera positivement les milieux arméniens, mais qu’il aura aussi un effet positif pour augmenter le nombre de ceux qui en Turquie veulent résoudre nos différences d’une manière pacifique et fraternelle par un contact direct.

Efnan Atmaca: A la fin de votre livre, vous déclarez: «Ce dont nous avons besoin, c’est reconnaître cette réalité que nous faisons face à des agissements qui sont moralement et en conscience inacceptables, et développer un langage qui exprime cela». Qu’entendez-vous par ce langage nouveau?

Taner Akçam: Le langage du conflit diffère de celui de l’amitié, du respect mutuel et de la paix. Le langage qui domine dans l’administration et les principaux médias en Turquie aujourd’hui est un langage qui considère les Arméniens comme l’ennemi, comme un traître et un Autre. C’est un langage raciste et agressif. L’administration et les principaux médias continuent de développer un discours sur ce qui est arrivé en 1915 avec une mentalité guerrière. Voilà pourquoi des historiens comme moi, qui pensent de manière critique, sont étiquetés comme traîtres, et pourquoi ils organisent des campagnes contre nous. L’assassinat de Hrant Dink résulte directement de ce langage et de cette mentalité.

Tout d’abord, il nous faut mettre un terme à cette mentalité guerrière et à ce langage agressif. Dans les milieux arméniens, beaucoup de gens voient le problème avec un point de vue identique et utilisent un même langage agressif. Nous devons établir et développer un langage humain, qui ne considère pas les Arméniens et les Turcs comme ennemis, qui ne stigmatise pas l’autre comme un traître, qui n’abaisse pas l’autre et qui considère Arméniens et Turcs avec respect. C’est sur ces bases de respect et d’amitié mutuels qu’Arméniens et Turcs seront capables de bâtir leur avenir.

Efnan Atmaca:
Autre façon de poser la question, quelles mesures devraient être prises pour que toute cette affaire soit réglée de manière démocratique?

Taner Akçam: Avant toute chose, les frontières entre les deux pays doivent être ouvertes sans conditions préalables, et des relations diplomatiques devraient être lancées. Il est très difficile d’expliquer pourquoi la Turquie n’a pas d’objections à conserver des relations diplomatiques avec la Syrie, un pays peuplé de 10 millions d’habitants qui a protégé Abdullah Ocalan durant des années et qui présente le Hatay comme faisant partie de ses frontières, tout en rejetant des relations diplomatiques avec l’Arménie, un pays de 3 millions d’habitants. Premièrement donc, des relations diplomatiques sans conditions, puis l’ouverture des frontières, et le reste suivra. En outre, la Turquie doit voir que cette affaire ne concerne pas seulement l’histoire. La Turquie doit se rendre compte que tout cela affecte la manière avec laquelle [la Turquie] se comporte aujourd’hui à l’égard des minorités.

Efnan Atmaca: Comment voyez-vous l’impact de l’assassinat de Hrant Dink sur le règlement de la question arménienne? En particulier, définiriez-vous la façon avec laquelle la société entoura Dink après son assassinat, ce qui conduisit à débattre ouvertement de la question arménienne, comme quelque chose de positif?

Taner Akçam: Hrant Dink fut le don le plus précieux que la Turquie pouvait faire à l’Arménie et à la diaspora. Hrant était la personne la plus importante pouvant rassembler ces deux pays, ces deux peuples. Quand nous étions à Erevan en 2005, je taquinais Hrant en lui disant que si j’étais le gouvernement turc, je l’aurais nommé ambassadeur symbolique et spirituel en Arménie. La Turquie a tué son ambassadeur; elle a brisé la branche d’olivier qu’il aurait pu faire grandir. Le pire est que ceux qui ont brisé cette branche d’olivier sont organisés à l’intérieur de la police et des forces de gendarmerie. Ces officiels qui étaient au courant de l’assassinat, qui l’ont planifié et dirigé, non seulement n’ont pas été punis, mais ont été récompensés et promus.

Je ne puis dire combien il est important pour la société d’entourer Hrant Dink. En lui ils [la société turque] ont découvert une dynamique, un potentiel pour rassembler ces deux nations. Les Arméniens d’Amérique, maudits en tant que « diaspora » en Turquie, et la population d’Istanbul ont pleuré Hrant. Hrant a fait battre en chacun un même cœur. Il est devenu le symbole de ce qu’il faut faire pour résoudre ce problème. Nous devons bâtir un monument à son nom et commémorer son souvenir.

Efnan Atmaca: La politique de l’AKP [le parti Justice et Développement, actuellement au pouvoir en Turquie] visant à agir en harmonie dans le cadre de l’Union Européenne peut-elle être une étape positive pour résoudre ce problème?

Taner Akçam: Je ne crois pas que l’AKP ait réfléchi à cela. Ils ne donnent d’ailleurs pas le moindre signe d’y réfléchir. Soit ils ignorent tout du sujet, soit ils estiment suffisant de continuer à défendre cette tradition de mensonges. En fait, si l’AKP se conformait réellement à ses racines islamiques, il pourrait faire grandement avancer le sujet. S’il y avait une chose que je demanderais à l’AKP, c’est de prendre sérieusement en compte ses racines islamiques.

L’ouvrage de Taner Akçam, Ermeni Meselesi Hallolunmustur ['La Question arménienne est réglée'] est paru aux éditions Iletisim en 2008 (339 p.). Prix : 19,5 livres turques (11,03 €).


Source/Lien: Radikal (en turc, http://www.radikal.com.tr/ek_haber.php?ek=ktp&haberno=7260)

(http://www.yevrobatsi.org/st/item.php?r=2&id=4257)
alazaro Enviado - 31 enero 2008 : 21:22:20
Massacre Arméniens : de nouveaux documents remettent en cause une vieille accusation (Arménie/Turquie)

par Edward J. Erickson
TURQUIE NEWS
lundi, 28 janvier 2008

Le débat sur la déportation et les massacres des Arméniens dans l’est de l’Anatolie pendant la Première Guerre mondiale est devenu de plus en plus polémique avec le temps. Les opposants à l’entrée de la Turquie en Europe le considèrent comme un péché originel.

Néanmoins, sur cette question, des politiciens s’autorisent à porter des jugements, qui tiennent plus de la polémique que des faits historiques. 90 ans après que des centaines de milliers d’Arméniens – et des millions d’autres – sont morts pendant le premier conflit mondial, il devient important de dépouiller les archives pour montrer ce que contiennent réellement les documents historiques de l’armée ottomane.

La question n’est pas de savoir si beaucoup d’Arméniens ont péri pendant la guerre de 1914-1918 ; mais il y a controverse historique sur la cause des conditions dans lesquelles les populations civiles arméniennes moururent : ont-elles été victimes de la tourmente de la guerre, ou d’assassinats de masse exécutés sur ordre du gouvernement ottoman ? Plus précisément, le débat qui consiste à définir si c’est un génocide ou non repose sur trois piliers : les cours martiales qui ont siégé en 1919-1920, quand le nouveau gouvernement turc, formé après la défaite de l’Empire ottoman, fit juger et condamner des hauts fonctionnaires du pouvoir précédent pour crimes de guerre ; des documents figurant dans les Mémoires de Naim Bey, récit prétendument écrit par un fonctionnaire ottoman revendiquant avoir participé à la déportation des Arméniens ; et le rôle de l’Organisation spéciale (Teskilat-I-Mahsusa), une sorte de force spéciale d’intervention ottomane.

Récemment, deux chercheurs ont débattu de la nature des massacres arméniens de la Première Guerre mondiale. En particulier, ils ont parlé du rôle joué — ou non — dans les massacres de l’Organisation spéciale et des relations que pouvait avoir avec cette organisation un officier prussien d’artillerie connu dans les récits seulement par son nom : Stange.

Lisez l'article complet à / Llegiu l'article complet a / Leed el artículo completo en: http://www.turquie-news.fr/spip.php?article1072
alazaro Enviado - 12 enero 2008 : 14:00:22
ENTREVISTA: DESAYUNO CON... KEVORK KAHVEDJIAN
"Un kurdo vendió a mi padre por dos piezas de oro"


JUAN MIGUEL MUÑOZ
El País, Madrid
12/01/2008

Jerusalén es pequeña a la vez que inabarcable. Y su fisonomía ha sido, y lo es en este instante, alterada con frecuencia pasmosa. Kevork Kahvedjian, armenio de 62 años, lo tiene grabado en su retina. Es heredero del legado de su padre, Elia, un fotógrafo que comenzó a plasmar Palestina con sus cámaras Rolleiflex en 1924. Kevork es puro entusiasmo. A cada pregunta sale a relucir un negativo o una foto captada por su progenitor. Busca y muestra, en su tienda de la ciudad vieja, imágenes de Nazaret, Haifa, Jaffa, las colinas de Palestina en los años treinta del siglo pasado.

Fue casualidad. "En 1967, mi padre me dijo: '¿Quién necesita esas fotos hoy?". Entonces, nadie. Sin embargo, Kevork decidió editar un libro, y hoy su clientela es de postín. "Lo he enviado a Laura Bush, Condoleezza Rice, Colin Powell. Máximo d'Alema vino a comprarlo personalmente. La mayoría de los dignatarios que visitan Jerusalén se lo llevan", dice orgulloso. Uno de sus hijos, tercera generación de fotógrafos en la familia, digitaliza las 2.500 fotos de su abuelo.

"El mejor periodo para vivir en Jerusalén fue desde 1963 hasta 1967", afirma tajante Kevork. Hoy son imperativos en los puentes fronterizos registros minuciosos para visitar Jordania o Egipto. Por tierra, imposible llegar a Líbano. "Entonces cogíamos el coche e íbamos a Líbano, al cine a Ammán, o acampábamos en Petra y, de regreso, nos bañábamos en el mar Muerto antes de llegar a casa", relata mientras enseña una fotografía del hoy menguante lago salado, que décadas atrás se veía desde Jerusalén. "¡Hoy es tan difícil viajar!".

Su padre vagó errante hasta que arribó a un convento de la ciudad tres veces santa. La madre de Elia, que escapaba junto a 5.000 armenios de las bayonetas turcas cuando el Imperio Otomano se desmoronaba, entregó a su hijo a un kurdo. No volvió a verla. "El kurdo vendió a mi padre, que tenía cinco años, como esclavo a una familia árabe-cristiana. Pagaron por él dos piezas de oro. Pero la segunda esposa del dueño forzó que lo expulsaran de la casa. Mendigó en Mardín (Turquía) y recibió una puñalada de un hombre que se lo quería comer. Se refugió en un convento asirio y los misioneros lo llevaron, al fin, a Jerusalén". "¿Otro té?, ¿un café?", ofrece Kevork.

Habla armenio en familia, inglés, árabe y hebreo con vecinos y clientes. "Eso es natural para los 2.500 armenios que vivimos en Jerusalén", descendientes de las víctimas del genocidio perpetrado por la Sublime Puerta. Un asunto del que Occidente huye como de la peste. "Sólo Francia ha hablado en voz alta", lamenta. "Nadie nos ha prestado atención. Cuando he preguntado a dirigentes israelíes y estadounidenses por qué desdeñan nuestro genocidio, me contestan: 'Es una cuestión política, necesitamos a Turquía".

Demasiada política. "Israelíes y palestinos nos consideran neutrales. Yo creo que su conflicto no tiene solución porque los extremistas mandan en ambos bandos. Israel está encarcelando a una nación entera detrás del muro; no quieren la paz. Entre otros motivos porque saben que los palestinos no se conformarían con Cisjordania y Gaza. Puede que algún día firmen un acuerdo, pero no durará". Kevork ya sólo desea jubilarse. La historia se repetirá. "Cogeré mi cámara y me fotografiaré esta tierra".

(http://www.elpais.com/articulo/ultima/kurdo/vendio/padre/piezas/oro/elpepuult/20080112elpepiult_2/Tes)
alazaro Enviado - 29 diciembre 2007 : 13:27:45
Genocidio armenio

JAVIER OCAÑA
El País, Madrid
28/12/2007

Hubo un tiempo en el que Paolo y Vittorio Taviani formaban parte de la vanguardia del cine europeo. Habituales de los mejores festivales, obtuvieron la Palma de Oro de Cannes por Padre Padrone, en 1977, y el Gran Premio del Jurado por La noche de San Lorenzo, en 1982. Su activismo político circulaba en paralelo a sus influyentes trabajos, mientras anarquismo, marxismo y lucha de clases ejercían de símbolos de sus historias. Sin embargo, tras el fracaso de la ambiciosa Good Morning, Babilonia (1982), ninguna de sus posteriores películas han tenido la repercusión de sus primeras obras. De hecho, después de ésta, sólo Las afinidades electivas (1996) logró estrenarse en España. Con la tan interesante en lo temático como vetusta en lo artístico El destino de Nunik, los Taviani vuelven a las salas nacionales gracias a la participación financiera de la productora Sagrera y al papel estelar de Paz Vega.

Fieles a sus ideales, los casi octogenarios Taviani siguen mirando hacia los lados más desfavorecidos de la sociedad y de la Historia, y en este último ámbito el genocidio armenio a manos de los turcos durante la I Guerra Mundial desempeña una de las más negras páginas del siglo XX, sobre todo por su parcial reconocimiento internacional (sólo 21 estados lo han aceptado oficialmente). Al igual que El pianista (Roman Polanski, 2002), pero cambiando a los judíos por los armenios, El destino de Nunik se divide claramente en dos partes: una primera, en la que se presenta la situación político-social del pueblo que va a ser masacrado, a través del retrato de una familia representativa; y una segunda, en la que se escenifica el horror perpetrado por el ejército otomano. Sin embargo, ninguna de los dos segmentos acaba de funcionar.

La mitad inicial, en la que el lugar común de la chica armenia quebrada por el amor a un oficial turco y la fidelidad a su pueblo puede tener cierto perdón, se ve perjudicada por el empeño de los autores en adelantar acontecimientos mediante indignas trampas de guión (las visiones sobre la masacre de uno de los niños, los risibles delirios de la mujer del mandamás turco...).

Por su parte, el segmento dedicado a las matanzas resulta más sangriento que doloroso, más explícito que dramático. Las decapitaciones, violaciones y castraciones se suceden, pero la rancia puesta en escena (ni rastro de la austeridad y el rigor dramático de Padre padrone) devalúa su supuesto poderío sentimental. A diferencia del Holocausto judío, y en paralelo a su menosprecio político, el cine apenas se ha ocupado del genocidio armenio, y en ese sentido la película posee una clara virtud. Pero no hay más remedio que terminar acordándose de Ararat (2002), en la que Atom Egoyan supo plasmar tanto la masacre como la amnesia política.

(http://www.elpais.com/articulo/cine/Genocidio/armenio/elpepuculcin/20071228elpepicin_7/Tes)
alazaro Enviado - 20 octubre 2007 : 00:22:32
Washington gêné par le génocide arménien

Henry Rousso, Institut d’histoire du temps présent (CNRS ).
QUOTIDIEN - Libération
Paris, vendredi 19 octobre 2007

En s’opposant à la Chambre des représentants, en passe de voter une résolution reconnaissant le génocide arménien de 1915, le président Bush aurait-t-il eu vent de la pétition française de 2005, «Liberté pour l’Histoire», spécifiant que «dans un Etat libre il n’appartient ni au Parlement ni à l’autorité judiciaire de définir la vérité historique» ? Peu probable, à dire vrai.

Allié

Certes, la polémique qui vient d’éclater aux Etats-Unis montre que la judiciarisation de l’Histoire, c’est-à-dire la qualification de faits historiques par des lois ou des décisions de justice, n’est en rien une exception française. Il s’agit là d’un phénomène mondial, voire d’une source de tensions internationales, comme ici avec la Turquie, qui nie depuis toujours l’existence d’une volonté génocidaire en 1915. Rien d’étonnant à cela : l’appel à des résolutions ou à des lois dites «mémorielles», comme en France – qui a reconnu, avec d’autres, le génocide arménien en 2001 –, concerne la mémoire, la reconnaissance, la réparation de grands épisodes criminels de l’histoire récente, voire ancienne comme l’esclavage ou la traite. Le mouvement s’inscrit dans une tendance générale qui stigmatise l’oubli et valorise la mémoire, ou qui exige le châtiment des coupables, même très longtemps après les faits.

L’initiative de la Chambre des représentants s’inscrit dans cette tendance, et elle n’est pas la première puisque des résolutions similaires ont déjà été à l’ordre du jour en 1975 ou en 1984. Mais les oppositions qu’elle rencontre n’ont évidemment rien à voir avec une quelconque volonté de défendre la «liberté des historiens», qui n’est d’ailleurs pas spécialement menacée dans un pays où la liberté d’expression a été érigée en principe majeur : il n’y a pas, aux Etats-Unis, le risque de voter une loi pénalisant la négation de tel ou tel fait historique, comme en France et dans d’autres pays européens. Les oppositions relèvent de l’opportunité politique et stratégique de la résolution en discussion, et des risques qu’elle ferait courir aux relations entre les Etats-Unis et la Turquie, un allié majeur dans la guerre en Irak. Il n’y a d’ailleurs pas de mobilisation des historiens américains pour protester ou approuver cette ingérence du politique, qui paraît normale.

La controverse américaine repose sur d’autres ressorts. Ce qui est en jeu, c’est moins les usages politiques et politiciens du passé que l’opposition frontale entre morale et réalisme. D’un côté, on doit reconnaître ce qui fut effectivement le premier génocide du XXe siècle, mais de l’autre, il ne faut pas utiliser des mots – «génocide» – qui fâchent les amis des Etats-Unis, surtout en période de guerre. Le revirement de Jane Harman, représentante démocrate à la commission des affaires étrangères de la Chambre, illustre le dilemme. Fille de survivants de l’Holocauste, elle a exprimé sa solidarité avec les revendications de la diaspora arménienne, mais elle a finalement demandé le retrait de cette résolution pour ne pas irriter l’actuel gouvernement turc. Le débat traverse la communauté juive américaine : faut-il soutenir la cause arménienne, si proche de la défense de la mémoire de l’Holocauste, ou faut-il éviter de fâcher la Turquie, seul pays musulman allié d’Israël ? Faut-il défendre la mémoire du passé, ou ne pas injurier l’avenir ?

Fragile

Les débats illustrent les risques d’une vision officielle de l’Histoire et la volonté d’enserrer celle-ci dans des qualifications figées. Plus on débat de l’opportunité d’une reconnaissance politique de tel ou tel génocide, plus on offre d’espace aux groupes de pression rivaux, et plus on donne le sentiment qu’une vérité historique est fragile, soumise à un rapport de force. Si le Congrès rejette la résolution, ou si le président Bush s’y oppose avec succès, est-ce à dire que la Turquie n’a pas commis de génocide ?

(http://www.liberation.fr/actualite/monde/285918.FR.php)
alazaro Enviado - 12 octubre 2007 : 12:07:09
EDITORIAL
Serenidad, Erdogan


El País, Madrid
12/10/2007

Turquía afronta un doble desafío ante el que debe serenarse: el reconocimiento del genocidio armenio por la Comisión de Exteriores de la Cámara de Representantes de EE UU y el de ataques armados kurdos en la frontera con Irak. No son cuestiones separadas, y la Administración de Bush lo ha reconocido al intentar parar a los legisladores, pues Turquía es un aliado clave para la guerra de Afganistán y la lucha contra el terrorismo yihadista.

La cuestión armenia debilita la capacidad norteamericana, y no digamos la de la UE, a la hora de frenar una operación militar turca en el Kurdistán iraquí que puede complicar aún más la situación del país árabe. El primer ministro, Recep Tayyip Erdogan, pedirá la próxima semana al Parlamento turco que autorice durante un año la persecución en Irak del Partido de los Trabajadores del Kurdistán (PKK), considerado como un grupo terrorista por Ankara. Tras el asesinato de 30 turcos por el PKK en los últimos 10 días, se ha llegado a una situación sin precedentes que fácilmente puede desembocar en una escalada, en la que Erdogan se ve empujado por la opinión pública y por la presión de los militares opuestos a su partido de raíces islámicas, especialmente tras haber situado por primera vez a uno de los suyos al frente de la República de Atatürk. De hecho, los militares pidieron intervenir en el Kurdistán iraquí antes del verano, al tiempo que se pronunciaron contra el primer intento de elegir a Abdulá Gül como jefe del Estado.

Las intenciones turcas no son claras. Estos días, además de concentrar fuerzas importantes en la frontera, el Ejército turco ha estado bombardeando supuestas posiciones del PKK en Irak. Intenta, quizá, establecer un colchón en Irak para evitar ataques del PKK, como hizo en 1992 y en posteriores ocasiones. Pero la tentación de invadir es grande, pues le permitiría estar sobre el terreno ante la eventualidad de que Irak se desmiembre y surja un Estado kurdo independiente.

Turquía tiene aún cuentas que resolver con su pasado. Negarse a reconocer que los turcos fueron responsables de la matanza de 1,5 millones de armenios entre 1915 y 1923 resulta preocupante. La citada Comisión de Exteriores -en una decisión que puede pasar al pleno de la Cámara- se ha limitado a calificarlo como un genocidio. No ha pedido -como hizo Francia en 2006 en una polémica ley que contempla penas de hasta un año de cárcel- que se criminalice a quienes nieguen su existencia, algo que a estas alturas sólo corresponde definir a los historiadores y no legisladores o jueces.

(http://www.elpais.com/articulo/opinion/Serenidad/Erdogan/elpporopi/20071012elpepiopi_2/Tes)
alazaro Enviado - 12 octubre 2007 : 00:58:37
Turquía llama a consultas a su embajador en EE UU tras la condena del genocidio armenio
por la Cámara

Erdogan pedirá al Parlamento turco luz verde a las incursiones en Irak mientras crece la tensión con Washington


AGENCIAS / ELPAIS.com - Estambul / Washington / Madrid
11/10/2007

Turquía ha llamado a consultas a su embajador en Washington después de que el comité de Asuntos Exteriores de la Cámara de Representantes aprobó un proyecto de ley sobre el genocidio armenio en la Primera Guerra Mundial (hecho histórico al que Ankara denomina "incidente"), según ha anunciado el portavoz del Ministerio de Exteriores turco, Levent Bilman. Bilman ha precisado que el embajador permanecerá en Turquía durante una semana o diez días. "No estamos retirando nuestro embajador. Le hemos pedido que venga a Turquía para algunas consultas", ha precisado.

El ministerio de Exteriores de Turquía ha afirmado mediante un comunicado que se trata de "un movimiento irresponsable que, en un momento tan sensible, hará que las relaciones entre un amigo y un aliado, y una alianza estratégica cultivada a lo largo de generaciones, sean más difíciles". Finalmente, el Ejecutivo ha recordado que los "incidentes de 1915" están siendo discutidos aún por los historiadores, por lo que Estados Unidos no debería "rescribir la historia distorsionando una materia que concierne específicamente a la historia común de turcos y armenios".

Temor en EE UU

Estados Unidos teme que Turquía tome unas represalias similares con ellos. En un intento de minimizar daños, la administración Bush ha manifestado su "decepción" por la aprobación de la condena en comisión y ha resaltado su intención de evitar que sea aprobada en en sesión plenaria.

"Estamos decepcionados por la votación de ayer", ha reconocido un portavoz de la Casa Blanca, Scott Stanzel. Otro portavoz, Gordon Johndroe, ha avanzado que Bush va a "insistir en su oposición" al texto; el Gobierno estadounidense ha desplegado una intensa actividad para convencer a los parlamentarios de que renuncien al proyecto y "continuaremos haciéndolo", ha recalcado Johndroe.

Turquía, el único país musulmán miembro de la OTAN, es un aliado clave de Washington en su "guerra contra el terrorismo" y facilita un apoyo logístico crucial a las misiones militares norteamericanas en Irak y Afganistán. Por ejemplo, en torno a un 70% de los cargamentos estadounidenses con destino a Irak pasan por espacio aéreo turco, según se ha encargado de recordar el secretario de Defensa, Robert Gates. Una de las medidas que podría adoptar Turquía es el cierre de la base aérea de Incirlik, donde prestan servicio 5.000 soldados norteamericanos.

Asimismo, Estados Unidos está preocupado por la seguridad de sus ciudadanos en Turquía, ya que podrían ser objeto de ataques violentos durante los próximos días. Por ello, la Embajada estadounidense en Ankara, siguiendo instrucciones del Departamento de Estado, aconsejó ayer a sus ciudadanos que viajen o vivan en el país euroasiático que estén alerta y eviten tanto las manifestaciones, aunque sean pacíficas, como los lugares que frecuentan más a menudo. Ya en la jornada de ayer, centenares de personas se concentraron ante la Embajada y el Consulado de Estados Unidos en la capital turca para protestar por la resolución de condena al genocidio armenio, si bien no se registraron incidentes.

"27 americanos estúpidos"

La reacción de la prensa local ha sido incendiaria. "27 americanos estúpidos", titula hoy a toda página el diario Vatan. Mientras, el Hurriyet, uno de los periódicos más vendidos e influyentes de Turquía, indica: "La resolución del odio".

Ankara no ha dudado en castigar, de una forma u otra, a todas las naciones que lo reconocen como tal y que incluso consideran un delito su negación. Así, Turquía decidió congelar sus relaciones militares con Francia después de que la Cámara Baja del Parlamento francés aprobase hace un año una resolución por la que se castigaba la negación del genocidio armenio.

Por otra parte, la valoración de Estados Unidos en Turquía se encuentra bajo mínimos. Según un sondeo del grupo de análisis The Pew Global Attitudes Project publicado el pasado junio, tan solo el nueve por ciento de los turcos tiene una opinión favorable de su aliado en la OTAN (frente al 52% en 2002), la cifra más baja de los 47 países en que se realizó la encuesta.

Incursiones en Irak

Este rifirrafe llega cuando el Ejército turco se dispone a penetrar en el kurdistán iraquí. El primer ministro, Recep Tayyip Erdogan, pedirá la próxima semana al Parlamento permiso para esa operación. El representante de Exteriores de la UE, Javier Solana, ha pedido a Turquía que no la lleve a cabo.

"Cualquier posibilidad de complicar aún más la situación de seguridad en Irak no sería bienvenida. Ése es el mensaje que hemos pasado a nuestros amigos turcos", ha afirmado Solana en unas declaraciones junto con el presidente de Armenia, Robert Kocharian.

La solitud al Parlamento, prevista inicalmente para este jueves, ha sido aplazada finalmente hasta la próxima semana. "La resolución no irá al Parlamento hoy. Será enviada a la cámra después del Bayram (la fiesta del Azúcar, que se celebra al final del ramadán, entre el 12 y el 14 de octubre), ha explicado un diputado del gobernante Partido de la Justicia y el Desarrollo. La autorización parlamentaria es necesaria para que las tropas turcas puedan cruzar la frontera.

(http://www.elpais.com/articulo/internacional/Turquia/llama/consultas/embajador/EE/UU/condena/genocidio/armenio/Camara/
elpepuint/20071011elpepuint_9/Tes)
alazaro Enviado - 11 octubre 2007 : 12:08:57
Ankara indignée après un vote du Congrès américain sur le génocide arménien

LEMONDE.FR avec Reuters et AFP
11.10.07

La commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants états-unienne a approuvé, mercredi 10 octobre, par vingt-sept voix contre vingt et une, une résolution qualifiant de génocide les massacres d'Arméniens par les Turcs en 1915. La résolution va désormais être présentée devant la Chambre des représentants en séance plénière, où, selon les dirigeants démocrates, un vote aura lieu d'ici à la mi-novembre. Une résolution similaire, et purement symbolique, circule au Sénat.

La Maison Blanche avait averti, avant le vote, qu'une telle résolution ferait un "grand tort" aux relations avec la Turquie, important allié de Washington au sein de l'OTAN. Ankara rejette la position arménienne, soutenue par de nombreux historiens occidentaux, selon lesquels 1,5 million d'Arméniens ont été massacrés durant la première guerre mondiale.

Dès que le résultat du scrutin a été connu, le gouvernement américain a exhorté son allié turc à ne pas exercer de représailles. Le sous-secrétaire d'Etat Nicholas Burns a déclaré que l'administration Bush était "très déçue" par ce vote, qui survient à un moment délicat dans les relations turco-américaines.

"INACCEPTABLE"

Ankara a néanmoins confirmé que son gouvernement envisageait de solliciter l'autorisation du Parlement d'effectuer une incursion militaire dans le nord de l'Irak pour y attaquer des bases de la rébellion séparatiste kurde. Washington s'y oppose par crainte de voir la région – à dominante kurde – déstabilisée.

Le président turc, Abdullah Gül, a jugé le texte "inacceptable" et accusé des hommes politiques à Washington d'avoir sacrifié de graves problèmes à "leurs petites manœuvres".

"Nous espérons beaucoup que cette déception se limitera à des déclarations et ne comprendra rien de concret qui altérerait la très bonne manière que nous avons de travailler avec la Turquie depuis des années", a déclaré Nicholas Burns. "Nous devons continuer à pouvoir travailler ensemble de manière efficace", a insisté le sous-secrétaire d'Etat.

Huit anciens secrétaires d'Etat avaient écrit à la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, favorable à la résolution, pour s'opposer au texte en brandissant un risque de mise en danger de la sécurité nationale américaine.

La Turquie, qui fait partie de l'OTAN, est un précieux allié des Américains. Le gros des troupes américaines en Irak transite par la base aérienne d'Incirlik. Nicholas Burns a indiqué que la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice prévoyait de téléphoner, jeudi, à son homologue turc. "Nous insisterons manifestement auprès des dirigeants turcs sur notre profonde déception et le fait que nous nous sommes opposés à cette résolution et que l'administration a travaillé très dur pour aboutir à un autre vote", a-t-il dit.

Avant le vote, le président George Bush avait déclaré à des journalistes que cette résolution n'était pas "la bonne réponse à ces tueries massives et historiques". Selon Burns, le gouvernement américain estime qu'il y a de meilleurs moyens de traiter une question aussi délicate et relève que la Turquie a offert d'ouvrir les archives de l'Empire ottoman, ainsi que de former des commissions conjointes d'historiens avec le gouvernement arménien. "Nous sommes convaincus que c'est une manière meilleure et plus productive d'avancer", a-t-il dit.

(2-3222,36-965530@51-963706,0.html" target="_blank">http://abonnes.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3222,36-965530@51-963706,0.html)
alazaro Enviado - 14 septiembre 2007 : 00:32:30
LIVRE * LLIBRE * LIBRO * BOOK

Souvenir d'Arménie

Par Marc SEMO
QUOTIDIEN / LIBÉRATION
Paris, jeudi 13 septembre 2007

Elif Shafak
La Bâtarde d'Istanbul

Traduit de l'anglais (Turquie) par Aline Azoulay
Phébus, 400 pp., 21,50 €.

C'est un roman à rebondissements, dialogué comme une série télé sur fond de «movida» stambouliote. Ses protagonistes sont un groupe de femmes aussi sympathiques que déjantées, toujours au bord de la crise de nerfs comme dans un film de Pedro Almodovar. Les unes sont turques et une autre est une Arménienne, venue de San Francisco rencontrer cette famille du nouveau mari de sa mère. Sur fond de secrets dévoilés ­ inceste, rapt d'enfants, etc. ­ et de coups de théâtre en tout genre ressurgit la mémoire des massacres de plus d'un million et demi d'Arméniens de l'Empire ottoman. Un génocide toujours nié par les autorités d'Ankara. D'où une inculpation de l'auteure pour insulte à «l'identité nationale» sur plainte d'avocats ultranationalistes indignés de la phrase «les bouchers turcs de 1915» lancée par l'un des protagonistes. Elle fut relaxée dès la première audience du procès en septembre 2006. Tous les éléments d'un livre à succès sont donc réunis dans ces quelque 400 pages d'autant que l'auteure, aussi belle qu'intelligente, parfaitement anglophone et brillante chroniqueuse dans la presse turque et américaine, évoque des thèmes dans l'air du temps et notamment les identités mélangées au travers de la métaphore de «la bâtardise». Mais les bons sentiments ne font pas souvent de la bonne littérature, surtout quand les personnages se réduisent à des archétypes parlant par clichés. C'est par moments très drôle au second degré, mais cet humour décalé semble le plus souvent involontaire. Son éditeur français préfère d'ailleurs centrer sa communication sur les déboires judiciaires de l'auteure et les menaces de mort qu'elle a reçues des milieux ultranationalistes, comme plusieurs autres intellectuels turcs briseurs de tabous, dont le grand romancier Orhan Pamuk.

(http://www.liberation.fr/culture/livre/278029.FR.php)
alazaro Enviado - 22 agosto 2007 : 17:55:53
Armenian National Committee of America
1711 N Street, NW, Washington, DC 20036
Tel. (202) 775-1918 * Fax. (202) 775-5648 * Email.anca@anca.org

PRESS RELEASE
Aug. 21, 2007

ADL RECOGNIZES ARMENIAN GENOCIDE; REMAINS OPPOSED TO ARMENIAN GENOCIDE RESOLUTION

Sharp Reversal Comes in Wake of Nation-wide Protests

WASHINGTON, DC – The Anti-Defamation League (ADL), under pressure from a national campaign of protests initiated by the Armenian National Committee of Eastern Massachusetts, backed nationally by the Armenian National Committee of America (ANCA), and supported by leading voices in the Jewish American community, today reversed its longstanding policy of complicity in Turkey’s denial of the Armenian Genocide.

In a statement issued today, ADL National Director Abraham Foxman formally recognized the Armenian Genocide but – in what appeared to be a gesture intended to appease the Turkish government – voiced the organization’s continued opposition to legislation before Congress (H.Res.106 / S.Res.106) marking this crime against humanity.

“The ANCA welcomes the Anti-Defamation’s League’s decision to finally end its longstanding complicity in Turkey’s international denial campaign by properly recognizing the Armenian Genocide. We remain deeply troubled, however, that elements of its national leadership seek to prevent the United States from taking this very same principled step by adopting the Armenian Genocide Resolution currently before Congress,” said ANCA Executive Director Aram Hamparian. “Much work remains, both in bringing the ADL fully to the right side of this issue and on the broader challenge of achieving proper U.S. recognition of the Armenian Genocide. But we are, today, gratified by this step forward, and want to offer our thanks to all the many Armenians and Jews who cooperated together on this issue on the basis of our shared values of tolerance, truth and justice. We further urge the ADL leadership to review its unfair and unjustified decision to fire New England Regional Director Andrew Tarsy, who had the courage to speak truthfully on this key human rights issue.”

The ADL’s actions come in the wake of a growing controversy stemming from the decision last week by the Watertown, Massachusetts Town Council to end its association with the ADL’s “No Place for Hate” program due to the ADL’s denial of the Armenian Genocide. This decision led to sharp divisions within the ADL, with Foxman firing New England Regional Director Andrew Tarsy for his public recognition of the Genocide, a move that precipitated the resignations of two regional board members.

The ADL National’s heavy-handed response was greeted by a groundswell of support by the Jewish American community for Tarsy and for ADL National recognition of the Armenian Genocide and its reaffirmation by Congress. The Boston Globe reported today that “Nancy K. Kaufman, executive director of the Jewish Community Relations Council of Greater Boston, e-mailed a letter yesterday to some 40 prominent Jewish leaders in Massachusetts, asking them to support the ousted director [Tarsy] and to recognize the genocide against Armenians. . . Within hours of sending the letter, Kaufman said that 11 groups had signed and that more were expected to do so shortly.”

Members of Congress also added their concerns about the ADL’s Genocide denial and its effects on its credibility as a civil rights organization. In a statement issued yesterday, Congressional Armenian Genocide Resolution lead sponsor Adam Schiff (D-CA) condemned Tarsy’s firing, stating that “this decision does not reflect well on the organization and compound's the error of failing to speak candidly about the past with firing someone who did.” Rep. Schiff compared the move to the State Department’s decision to fire former U.S. Ambassador to Armenia John Evans for properly characterizing the Armenian Genocide."

Rep. Ed Markey (D-MA) stated that “The Armenian Genocide is not an historic dispute or a rhetorical argument over semantics. The failure of the international community to deter and, if necessary, stop genocide by use of force, has only served to embolden those who seek to do evil. . . As a friend of the ADL, I encourage the national organization to reconsider its position and recognize the Armenian Genocide, and I also commend the New England region for its principled decision on this important issue.”

For a full listing of the press coverage this issue has received, visit: www.noplacefordenial.com

The Armenian Genocide resolution (H.Res.106), introduced on January 30th by Rep. Adam Schiff and spearheaded by Rep. George Radanovich (R-CA), Congressional Armenian Caucus Co-Chairs Frank Pallone (D-NJ) and Joe Knollenberg (R-MI), Rep. Anna Eshoo (D-CA), Rep. Brad Sherman (D-CA) and Rep. Thaddeus McCotter (R-MI), calls upon the President to ensure that the foreign policy of the United States reflects appropriate understanding and sensitivity concerning issues related to human rights, ethnic cleansing, and genocide documented in the United States record relating to the Armenian Genocide. The measure currently has over 220 cosponsors, more than 50% of the membership of the U.S. House. A similar resolution in the Senate (S.Res.106), introduced by Assistant Majority Leader Dick Durbin (D-IL) and Sen. John Ensign (R-NV) currently has 31 cosponsors, including Senate Majority Leader Harry Reid (D-NV) and presidential candidate Hillary Clinton (D-NY).

The complete text of the Abraham Foxman’s statement is provided below.

#####

ADL Statement on the Armenian Genocide

New York, NY, August 21, 2007 … Abraham H. Foxman, National Director of the Anti-Defamation League (ADL) today issued the following statement:

In light of the heated controversy that has surrounded the Turkish-Armenian issue in recent weeks, and because of our concern for the unity of the Jewish community at a time of increased threats against the Jewish people, ADL has decided to revisit the tragedy that befell the Armenians.

We have never negated but have always described the painful events of 1915-1918 perpetrated by the Ottoman Empire against the Armenians as massacres and atrocities. On reflection, we have come to share the view of Henry Morgenthau, Sr. that the consequences of those actions were indeed tantamount to genocide. If the word genocide had existed then, they would have called it genocide.

I have consulted with my friend and mentor Nobel Laureate Elie Wiesel and other respected historians who acknowledge this consensus. I hope that Turkey will understand that it is Turkey's friends who urge that nation to confront its past and work to reconcile with Armenians over this dark chapter in history.

Having said that, we continue to firmly believe that a Congressional resolution on such matters is a counterproductive diversion and will not foster reconciliation between Turks and Armenians and may put at risk the Turkish Jewish community and the important multilateral relationship between Turkey, Israel and the United States.

(http://www.anca.org/press_releases/press_releases.php?prid=1270)
alazaro Enviado - 05 julio 2007 : 12:25:43
Armenian National Committee of America
1711 N Street, NW, Washington, DC 20036
Tel. (202) 775-1918 * Fax. (202) 775-5648 * Email.anca@anca.org

PRESS RELEASE

For Immediate Release ~ 2007-06-29
Contact: Elizabeth S. Chouldjian ~ Tel: (202) 775-1918

MAJORITY OF U.S. HOUSE MEMBERS COSPONSOR ARMENIAN GENOCIDE RESOLUTION

WASHINGTON, DC – The Armenian Genocide Resolution (H.Res.106) reached an important milestone today with the number of cosponsors for the human rights measure growing to 218 – a majority of the U.S. House of Representatives, reported the Armenian National Committee of America (ANCA).

“We welcome the growth of Armenian Genocide Resolution cosponsors to the 218 threshold – and want to extend our appreciation to Congressman Schiff and his colleagues who helped us reach this mark, as well as to each and everyone of the two hundred and eighteen cosponsors of this measure,” said Aram Hamparian, Executive Director of the ANCA. “We look forward in the coming days and weeks to working with our chapters and activists across the country in maintaining and expanding the bipartisan majority in favor of the timely adoption of this human rights legislation.”

"In gaining 218 cosponsors, we have demonstrated that a majority of the House strongly supports recognizing the facts of the Armenian Genocide," said lead sponsor, Congressman Adam Schiff. "While there are still survivors left, we feel a great sense of urgency in calling attention to the attempted murder of an entire people. Our failure to acknowledge these dark chapters of history prevents us from taking more effective action against ongoing genocides, like Darfur."

Introduced on January 30th by Rep. Adam Schiff along with Representative George Radanovich (R-CA), Congressional Armenian Caucus Co-Chairs Frank Pallone (D-NJ) and Joe Knollenberg (R-MI), Rep. Anna Eshoo (D-CA), Rep. Brad Sherman (D-CA) and Rep. Thaddeus McCotter (R-MI), the Armenian Genocide resolution calls upon the President to ensure that the foreign policy of the United States reflects appropriate understanding and sensitivity concerning issues related to human rights, ethnic cleansing, and genocide documented in the United States record relating to the Armenian Genocide. A similar resolution in the Senate (S.Res.106), introduced by Assistant Majority Leader Dick Durbin (D-IL) and Sen. John Ensign (R-NV) currently has 31 cosponsors, including Senate Majority Leader Harry Reid (D-NV) and presidential candidate Hillary Clinton (D-NY).

Over the past five months, Armenian Americans and human rights advocates have joined with Members of Congress in educating their colleagues about the Armenian Genocide and the importance of proper recognition of this crime against humanity.

Just this week, thousands participated in the ANCA “Call for Justice Campaign,” a national Congressional call-in effort in support of H.Res.106. The campaign was a follow up to the weeklong ANCA “Click for Justice” web campaign in April.

On March 22nd and 23rd, over 100 activists from 25 states participated in the Washington, DC advocacy days, titled “End the Cycle of Genocide: Grassroots Capitol Campaign.” By the end of the whirlwind two-day campaign, organized by the ANCA and the Genocide Intervention Network (GI-Net), activists had visited all 100 Senate and 435 House of Representatives offices, meeting with Members of Congress and their staff, and dropping off information regarding pending Armenian and Darfur genocide legislation.

The grassroots campaign continued with the launching of the ANCA Western and Eastern Region POWER Initiatives designed to significantly expand community outreach and support. Dubbed “Project Outreach Western Region” in the West and “Project Outreach Waves the Eastern Region” in the East, the program has generated renewed grassroots activism in large and small communities. Travels to traditional strongholds in California, Massachusetts, Rhode Island, New Jersey, New York, Pennsylvania, Michigan and Illinois have been complemented with visits to Arizona, Florida, Idaho, Nevada, North Carolina and South Carolina, expanded outreach to established communities in Ohio, Wisconsin and Missouri and burgeoning communities in Alabama, Colorado, Hawaii, New Mexico, Oregon, Tennessee, Texas and Washington state.

The Armenian Genocide resolution is supported by a broad-based coalition of over 47 human rights, religious, civic, and ethnic organizations, including the (in alphabetical order): American Federation of Jews from Central Europe (New York, NY), American Hellenic Council of CA (Los Angeles, CA), American Hellenic Institute (Washington, DC), American Hungarian Federation (Washington, DC), American Jewish World Service (New York, NY), American Latvian Association in the U.S. (Rockville, MD), American Values (Washington, DC), Arab American Institute (Washington, DC), Belarusan-American Association (Jamaica, NY), Bulgarian Institute for Research and Analysis (Bethesda, MD), Center for Russian Jewry with Student Struggle for Soviet Jewry (New York, NY), Center for World Indigenous Studies (Olympia, WA), Christian Solidarity International (Washington, DC), Congress of Romanian Americans (McLean, VA), Council for the Development of French in Louisiana (Lafayette, LA), Estonian American National Council (Rockville, MD), Genocide Intervention Network (Washington, DC), Global Rights (Washington, DC), Hmong National Development, Inc., Hungarian American Coalition (Washington, DC), Institute on Religion and Public Policy (Washington, DC), International Association of Genocide Scholars (New York, NY), Jewish Social Policy Action Network (Philadelphia, PA), Jewish War Veterans of the USA (Washington, DC), Jewish World Watch (Encino, CA), Joint Baltic American National Committee (Rockville, MD), Leadership Council for Human Rights (Washington, DC), Lithuanian American Community (Philadelphia, PA), Lithuanian American Council (Rockville, MD), National Ethnic Coalition of Organizations (New York, NY), National Council of Churches USA (New York, NY), National Federation of American Hungarians (Washington, DC), National Federation of Filipino American Associations (Washington, DC), National Lawyer's Guild (New York, NY), Polish American Congress (Chicago, IL), Progressive Jewish Alliance (Los Angeles, CA), Reconstructionist Rabbinical College (Wyncote, PA), Slovak League of America (Passaic, New Jersey), The Georgian Association in the USA (Washington, DC), The Workmen's Circle/Arbeter Ring (New York, NY), U.S. Baltic Foundation (Washington, DC), Ukrainian Congress Committee of America (New York, NY), Ukrainian National Association (Parsippany, NJ), Unitarian Universalist Association of Congregations (Washington, DC), United Hellenic American Congress (Chicago, IL), Washington Chapter Czechoslovak National Council of America (Washington, DC), and the Women's International League for Peace and Freedom (Philadelphia, PA).

(http://www.anca.org/press_releases/press_releases.php?prid=1222)
alazaro Enviado - 01 mayo 2007 : 19:53:47
Why Armenia pays high price for 'genocide' campaign
A diaspora-led push to recognize as 'genocide' the 1915-17 mass killing, which is commemorated on April 24,
has soured relations with Turkey

By Nicole Itano
Correspondent of The Christian Science Monitor
from the April 23, 2007 edition

Yerevan, ARMENIA - Gevork Melikyan, aged 94, stares off into the distance with cloudy eyes. His daughter-in-law says he has trouble remembering what happened last week, but he remembers with startling clarity the day when his family fled Turkey – right down to the name of the dog they left behind.

He was called "Challo," the old man recalls, dentures clacking. "I remember my mother telling me, 'Lock the door and throw the key over the gate.' " When they fled, they left the dog behind to guard the house.

Mr. Melikyan is one of the last remaining survivors of the mass killing and expulsion of ethnic Armenians from Turkey that took place between 1915 and 1917, which is widely recognized as the first genocide of the 20th century. Turkey disputes that characterization, however, saying there was no organized campaign to kill Armenians and that the deportations took place in the context of war. As the last witnesses reach the twilight of their lives, the question of how to judge what happened in those years remains center stage in the region's complex politics.

The international campaign for universal recognition of the massacres as a genocide has been generally led by the Armenian diaspora, many of whom are descendants of families scattered from 1915-17. While the Armenian government and most Armenians support the campaign, there is also a growing recognition within the country that Armenia pays a heavy price for continued tensions with Turkey.

Currently there are no diplomatic relations between the two countries, and Turkey has closed all land borders to Armenia, in part because of the genocide recognition issue. All trade between the two countries must pass through neighboring Georgia, which levies heavy taxes on goods.

"I think our position is that we are open and we are ready for cooperation," says Ashot Tovmasyan, a young gas company employee who was out on an afternoon stroll with his family. "I don't think that most people have hatred for Turks." But, he added, recognizing the genocide is "a matter of historical truth."

A resolution to recognize the events of 1915-17 as genocide was introduced in the US House of Representatives early this year, with supporters pushing for its passage around April 24, Armenian Genocide Remembrance Day.

The Bush administration – like previous administrations – opposes the resolution, saying it will compromise national security by harming relations with Muslim ally Turkey, which has lobbied hard against it. But new House speaker Nancy Pelosi's longtime support of such a resolution, together with the broadest House support such a resolution has seen in 20 years, has led to expectations that the resolution has the first realistic chance of passing in many years.

At Armenia's genocide memorial and museum, which sits on a hill overlooking the country's capital Yerevan, 12 gray granite blocks extend into the air, protecting an eternal flame, in front of which visitors have placed flowers. A long wall records the names of cities in Turkey where Armenians were evicted and killed. In front of it, a large poster depicts the face of Hrant Dink, the Armenian-Turkish journalist assassinated in Istanbul, Turkey, in January.

"This is not only an Armenian issue," says Hayl Demoyan, the museum and monument's young new director. "What do we see now? We seen endless genocides and denials of those genocides."

Mr. Demoyan, whose family left the city of Kars in eastern Turkey, is charged with protecting and researching the event's history.

But he is also anxious that the museum not demonize Turks and is considering an exhibit about Turkish people who saved Armenians. He believes coming to terms with the past will help Turkey embrace a new future and prevent future genocides from occurring. "Turkey is at a crossroads," he says. "One road leads to democratization. The other is destructive and leads to nationalism."

For many survivors and their families, though, animosity and distrust still run deep. Melikyan's son, Karen Melikyan, was raised on tales of the family's lost lands in Turkey, which many Armenians still call "Western Armenia." As a child, he heard endless stories about their beautiful two-story house in Igdir, the Russian gold coins – the family's life savings – traded for meager handfuls of flour when the family arrived in Armenia, and the old dog Challo who miraculously followed them to Yerevan a year later.

Many here hoped that the assassination of Mr. Dink, which led to a massive outpouring of support within Turkey, would help mend relations between the two countries, although most now feel that that opportunity has passed.

"The genocide, the massacres, are rooted so deeply in the Armenian psyche," says Karen. "I don't see that we can live together again. I'm not saying they are good or bad, but they are cruel. That is the way they are, and we have to be smart."

But others suggest that while the past cannot be forgotten, more effort needs to be made to build bridges with Turkey. "Of course the genocide is one of the most tragic chapters of our history and we need to make every effort to prevent this in the future," says Artur Baghdasaryan, an opposition politician and former speaker of parliament. "But we think our future relations with Turkey cannot be defined only by genocide."

(http://www.csmonitor.com/2007/0423/p07s02-woeu.html?s=hns)
alazaro Enviado - 21 abril 2007 : 18:42:32
GENOCIDIO ARMENIO
¡ 92 AÑOS SIN JUSTICIA !


(In English to follow)

Cronograma de Actos Oficiales en toda Latinoamérica y España
http://www.ian.cc/notas/noticias_ian.php?id=725

Armenia en la Feria del Libro en Buenos Aires
http://www.ian.cc/notas/noticias_ian.php?id=707

Bájate el Poster del Genocidio Armenio
http://www.ian.cc/notas/noticias_ian.php?id=763

IMPERDIBLES VIDEOS IAN

- Arturo Kouyoumdzian, Video Clip frente al Monumento a los mártires http://www.ian.cc/notas/noticias_ian.php?id=756

- Alejandro Chipian, Video Recital en "¿Dónde estabas Dios?" http://www.ian.cc/notas/noticias_ian.php?id=755

VISITANOS: www.ian.cc

Comunidades Armenias de Latinoamérica y España

Contáctanos: iancontactos@yahoo.com y reenvía este e-mail a todos tus contactos!!!!!!

************************************************************

92th Aniv. of the Armenian Genocide

APRIL 24, Commemorative Acts in Latin America and Spain
http://www.ian.cc/notas/noticias_ian.php?id=754

IAN VIDEOS

- Arturo Kouyoumdzian, Video Clip "Shun Turk" http://www.ian.cc/notas/noticias_ian.php?id=756

- Alejandro Chipian, Video Recital in "Our Eir Asdvadz" http://www.ian.cc/notas/noticias_ian.php?id=755

VISIT www.ian.cc (Google´s Translate)

Armenian Communities of Latin America and Spain

Contact: iancontactos@yahoo.com
Please pass to your friends !!!!
alazaro Enviado - 19 abril 2007 : 16:55:41
Informació sobre el 92è Aniversari de la Commemoració del Primer Genocidi del Segle XX

El dia 24 d'abril, a les 19:30h
a l'Ateneu Barcelonès
C/ Canuda, 6
08002 Barcelona

La finalitat d'aquest esdeveniment és:

- Contribuir a una informació veraç i una consciència solidària sobre un dels genocidis més devastadors del segle XX: el que sofrí el poble armeni en mans de l'Estat turc, la impunitat del qual constituí un precedent per a exterminis com el de l'Alemanya hitleriana, segons prestigiosos historiadors.

- Informar sobre el no reconeixement del Genocidi Armeni per part del govern turc, que pretén ingressar a la Unió Europea incomplint el requisit relacionat al respecte dels drets humans: referir-se públicament al Genocidi Armeni pot costar a un turc fins a 3 anys de presó; al periodista Hrant Dink recentment li va valer la vida, i al premi Nobel turc de Literatura 2006, Orhan Pamuk, l'exili.

- També se us convoca a una roda de premsa amb els conferenciants el dimarts 24 d'abril, a les 12h a la Sala Verdaguer de l'Ateneu Barcelonès

- En la conferència intervindran Agustí Corominas, professor d'Història Contemporània i director del Centre UNESCO de Catalunya, que parlarà sobre la Història del Genocidi Armeni; David Bondía, advocat i director del Centre de Drets Humans de Catalunya, que analitzarà el Genocidi Armeni i les seves conseqüències jurídiques i José Antonio Gurriarán, periodista i escriptor, que després de patir un greu atemptat, publicà el llibre "La Bomba" (Editorial Planeta) defensant la Causa Armènia.

Aquest acte està organitzat per l'Associació Cultural Armènia de Barcelona, sumant-se a les mobilitzacions commemoratives a nivell mundial.

Gor Abgaryan
President de l'Associació Cultural Armènia de Barcelona (ACAB)
www.acab.es
Telf: 638120096
alazaro Enviado - 30 marzo 2007 : 20:28:55
92è aniversari del genocidi armeni

24 d'abril de 2007

Ateneu Barcelonès
Sala d'actes
Canuda, 6
Barcelona

Hora: 19.30.

Acte de commemoració

amb la intervenció de José Antonio Gurriaran, Agustí Colomines i David Bondia.

Projecció del documental The Armenian Massacre, de l'ABC World News.

Concert de música armènia, amb Jordi Castellà (violoncel) i Ana Kassajian (violí).

***************************************************

92º aniversario de la conmemoración del genocidio armenio

24 de abril de 2007

Ateneu Barcelonès
Sala de actos
Canuda, 6
Barcelona

Hora: 19.30.

Acto de conmemoración

con la intervención de José Antonio Gurriaran, Agustí Colomines y David Bondia.

Proyección del documental The Armenian Massacre, de la ABC World News.

Concierto de música armenia, con Jordi Castellà (violonchelo) y Ana Kassajian (violín).
alazaro Enviado - 31 diciembre 2006 : 16:20:07
Les víctimes del genocidi dels armenis a Turquia, a la revista L'Arche
Las víctimas del genocidio de los armenios en Turquía, en la revista L'Arche
Les victimes du génocide des Arméniens en Turquie, dans la revue L'Arche


L'ARCHE
39, rue Broca. 75005 Paris
Nº 554, Avril 2006. - 6 euros


La revista mensual francesa dedicada al judaïsme L'Arche dedica unes seixanta pàgines d'aquest número als genocidis, concretament a aquells dels quan van ser víctimes els armenis a Turquia i els tutsi a Rwanda. Anàlisis històriques, testimoniatges, negacionismes.
Aquests articles es poden llegir en línia a través d'aquest enllaç: http://www.col.fr/arche/rubrique.php3?id_rubrique=5

La revista mensual francesa dedicada al judicada al judaismo L'Arche dedica unas sesenta páginas de este número a los genocidios, en concreto a aquellos de los que fueron víctimas los armenios en Turquía y los tutsi en Ruanda. Análisis históricos, testimonios, negacionismos.
Estos artículos se pueden leer en línea a través de este enlace: http://www.col.fr/arche/rubrique.php3?id_rubrique=5

Le mensuel du judaïsme français consacre près de soixante pages aux génocides, revenant notamment sur ceux dont ont été victimes les Arméniens en Turquie et les Tutsis au Rwanda. Analyses historiques, témoignages, négationnismes.
On peut lire ces articles en ligne; cliquez http://www.col.fr/arche/rubrique.php3?id_rubrique=5


 Image Forums 2001 Snitz Forums 2000